UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Argumentaire Droite Nationale

 

 

   
 

 
ICIOININIEIXIIIOINI
LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF
directeur de publication : Jean-François Touzé
 

17 avril 2018

 
   
 
   
Notre Dame des Landes, Tolbiac, cités… zones interdites. 
 
Censée être effective depuis une semaine, l'expulsion des quelques centaines de professionnels de l'extrême gauche qui occupent le site de Notre Dame des Landes semble loin d’être réalisée et la guérilla continue contre les gendarmes qui, ordres de modération ayant été donnés par le pouvoir politique, ne parviennent pas à se rendre maîtres des lieux.
Occupée depuis plusieurs semaines par les gauchistes dont tirés peu d’étudiants, la faculté parisienne de Tolbiac s’est auto-rebaptisée « commune libre de Tolbiac ». Des centaines de milliers d'euros de dégradation sont d’ores et déjà à déplorer tandis que l’immense majorité des étudiants se voit empêcher de travailler, de préparer ses examens et vit sous la menace.
Pas plus qu'à Notes Dame des Landes, la force publique ne semble capable de s’imposer à Tolbiac. Comment en serait-il autrement dans une France à l’autorité bafouée, où des centaines de cités sont interdites aux unités de police et de gendarmerie, zones dites de non droit qui sont, en réalité des zones de sécession, où règnent caïds et imams ?
Avec le Parti de la France au pouvoir, les forces de l'ordre recevraient les ordres nécessaires à l’exécution de leurs missions, et les zones occupées - cités, ZAD, facs - seraient évacuées et nettoyées. 
Quel qu'en soit le prix.
   
 
   

@carllang2022 - 13 avril

La Cour de Justice de l'Union Européenne vient d'autoriser les clandestins mineurs à être réunis avec leurs familles en Europe. C'est le droit au service de l'immigration illégale et une porte ouverte de plus à la colonisation de peuplement. Le poisson pourrit par la tête...
 
   

@carllang2022

Lorsque Macron assiste au dîner du CRIF ou répond à l'invitation du Conseil Français du culte musulman cela ne dérange personne, mais lorsqu'il s'exprime à la conférence des évêques de France cela fait polémique. Toujours la même haine antichrétienne...
 
 
 
 
Syrie : frappes négociées
et vassalité renouvelée
En frappant la Syrie, les forces du Bien viennent, en termes de communication politique plus que sur le terrain, d’apporter à l'islamisme un soutien qui, au regard des faits et des enjeux, vaut approbation.
Trois points méritent d’être pourtant soulignés. 
  • 1/ Une fois de plus, la « morale occidentalo-wilsonienne » met en avant l'existence ou l'utilisation d'armes prohibées- de destruction massive hier en Irak, chimiques aujourd'hui en Syrie- pour justifier une intervention en réalité liée aux réserves de pétrole ou de gaz et à la volonté de favoriser les pétro-monarchies dans leur rivalité avec l'Iran. Politique aventureuse qui, en Irak, en Lubie et en Syrie n'ont mené qu'au chaos.
  • 2/ La modestie des frappes et la sage réaction de la Russie, réaction indignée mais toute en réserve, témoignent de ce que l'attaque occidentale avait été largement négociée. Il s'agissait, en réalité, de permettre à Donald Trump et ses alliés, imprudemment engagés sur le chemin interventionniste sans en avoir mesuré les conséquences vers une confrontation avec la Russie, de céder sans, pour autant, perdre la face. En ce sens, les frappes tripartites relevaient surtout de la gesticulation.
  • 3/ En suivant Donald Trump sur cette voie absurde, Emmanuel Macron a placé la France, comme jamais, sur une position d’alignement qui fait de notre pays un vassal bien d'avantage qu’un allié. La voix de la France ne compte plus et le prochain voyage du Président de la République à Moscou, s'il est maintenu, risque bien d’être considéré par Vladimir Poutine comme un événement de bien modeste portée.
Le Parti de la France ne soutient aucun régime étranger mais cherche à ce que soient maintenus les équilibres nécessaires à la paix mondiale et à la défense des intérêts de la France. Ces équilibres ne passent pas par la destruction de la Syrie et son abandon aux mains de l’Etat islamique. Ils ne peuvent non plus se fonder sur une politique périlleuse et aventuriste. Ils ne peuvent reposer sur le déclenchement et l'entretien d'une nouvelle guerre froide avec la Russie.
Pour le Parti de la France dont les positions ne sont dictées que par le seul souci de notre bien national et celui, civilisationnel, d'une Europe des États libres, il n'existe pour une Nation vivante qu’une seule voie, celle de la souveraineté, de la coopération européenne et des partenariats, comme celui que nous devrons mettre en œuvre avec la Russie.

 

Ca y est ! Macron a été promu Sherif-adjoint avec une belle responsabilité de supplétif ! À défaut de la colère, cela ne mérite que le mépris…
@carllang2022

 

 
   
 
SNCF : ni statu quo, ni privatisation, ni syndicalisme bolchevique
 
La France se trouve, une fois de plus, confrontée au chantage d'une minorité syndicalo-bolchévique qui tente de paralyser le Pays et prend en otages des millions de nos compatriotes.
Le Parti de la France condamne sans restriction les agissements de ces syndicats politisés que sont la CGT et Sud-rail pour qui la lutte des classes reste une règle d'action, et la défense de leurs intérêts claniques une priorité.
Pour autant, le projet de réforme initié par Emmanuel Macron et défendu par l'actuelle majorité ne peut en aucune manière entraîner l’adhésion de la Droite Nationale pour qui seule compte la défense des intérêts français.
L’intérêt de la France n'est, certes pas, dans le statu quo. Avec une dette de 50 milliards qui, si elle devait être « reprise » par l’état ruinerait un peu plus les comptes publics et obèrerait d’avantage encore le pouvoir d'achat des contribuables, la SNCF est une entreprise en lambeaux, au fonctionnement aléatoire et à la sécurité hasardeuse. C'est la conséquence de décennies d’indécisions, de laisser-faire et de procrastination. En s'interdisant, par lâcheté, de se pencher sur le statut des cheminots et d’en finir avec certains de leurs privilèges, en matière de retraite en particulier, et en créant deux entités séparées pour tenter de camoufler l'ampleur de la dette, les gouvernements successifs ont entraîné l'entreprise dans une impasse dont ils espèrent sortir par la mise en concurrence et, à terme, la privatisation voulues par l'Union européenne. 
Ni l’une ni l'autre ne sont conformes à l’intérêt national.
  • D'abord parce que les transports - le rail en particulier - participent des nécessités stratégiques de la France.
  • Ensuite parce que le rail doit demeurer un service public. La rentabilité est une chose que la Droite nationale, soucieuse de la bonne marche de l’économie, ne conteste nullement. Mais le maillage ferroviaire qui fit jadis la fierté du Pays en un temps où les trains partaient et arrivaient à l'heure et ne se transformaient pas en coupe-gorges le soir tombé, doit être défendu. La France profonde à besoin de ses gares comme elle a besoin de ses bureaux de poste.
  • Enfin, au-delà des TGV, les TER ou Intercités gérés et financés par les Régions au bord de l'asphyxie financière seraient, sous leur forme de « service », condamnés par la mise en concurrence. 
Une nouvelle fois, la preuve est faite que seule une politique authentiquement nationale, réaliste et courageuse, sera en mesure de s'opposer, à la fois à l'immobilisme clientéliste des syndicats, aux exigences ultra libérales et aux diktats de la Commission européenne en cassant les organisations révolutionnaires et en réformant, dans ses structures comme dans son fonctionnement, la SNCF tout en permettant aux Français de disposer d'un service public de qualité.
 
   
Union des droites
ou Union pour la fausse droite ?
 
Thierry Mariani, ancien maire de Valréas, ancien député du Vaucluse, ancien élu des Français de l'étranger, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, ancien animateur de l'ex droite populaire, club parlementaire destiné à établir des rapports de force au sein de l'UMP devenue Les Républicains afin d’y grignoter quelques postes utiles, n’étant aujourd'hui plus rien se verrait bien redevenir quelque chose en 2019. Député européen, par exemple. Cela tombe bien : à la recherche d'une nouvelle stratégie d'ouverture, Marine le Pen lui ouvre les bras.
D'autres acteurs sont à la manœuvre pour créer les conditions d’une Union des droites supposée être l'alpha et l’oméga du renouveau politique et du relèvement de la France : Marion Maréchal Le Pen, Robert Ménard, Jean-Philippe Poisson, Nicolas Dupont Aignan ou, plus récemment, Christine Boutin.
Une telle stratégie pourrait se défendre avec une droite nationale puissante. Ce n’est pas aujourd’hui le cas.
Créer les conditions de cette Union, c'est à coup sûr, entrer dans le piège de la petite politique, la politique politicienne la plus détestable. C'est aussi sauver du néant les has been de la droite républicaine. C'est renoncer, à terme, à la spécificité de la droite nationale. C'est jouer le jeu du Système. C'est, au final, renforcer une droite républicaine qui a, par lâcheté ou confort, largement contribué à la situation dramatique dans laquelle se trouve le Pays.
Le Parti de la France n'entrera pas dans ces manœuvres. Demain, une droite nationale puissante, celle que nous incarnons, pourra, le cas échéant, traiter des alliances locales, voire nationales, mais en position de force, sur nos idées, notre projet, notre identité politique, sans, à aucun moment transiger.
L’union électorale par désistements réciproques face à la gauche est une chose dont nous ne refusons pas la logique. L'union politique en est une autre qui exige une vision et un projet commun.
Mais pas de compromission avec ceux qui ont conduit la France au bord du gouffre.
   
 
Réforme constitutionnelle : 
cosmétique et perlimpinpin.
 
Voulue par Emmanuel Macron et défendue par l’actuelle majorité parlementaire, la réforme constitutionnelle, si elle a toute les chances d’être adoptée en Congrès puisqu'un accord a, d'évidence été conclu entre une partie de la droite républicaine, dont le président Sénat, Gérard Larcher depuis plusieurs mois à la manœuvre, n'est que la énième tentative de rafistolage des Institutions bien élimées de la Cinquième République, et de réanimation d'une pratique politique pervertie et anémiée.
Sous couvert de propositions de bon sens et de nécessité publique- réduction drastique du nombre de députés, restriction des mandats dans leur nombre et leur durée, introduction d'une dose de proportionnelle (faible, si faible…) pour les Législatives, le gouvernement fait ce que n'ont cessé de faire tous les gouvernements successifs : se forger un système politique à leur convenance. C'est ainsi, par exemple, que le redécoupage des circonscriptions indispensable à la mise en application de la réforme, en faisant de ces circonscriptions des monstres géographiques, favorisera obligatoirement le pouvoir en place.
Rien, par ailleurs, ne sera entrepris pour rationaliser la carte administrative de la France qui, entre État, Régions, Départements, Communautés de communes, communes, par chevauchement des compétences et accumulation des (irr)responsabilités, est une des causes de l'immobilisme et de la gabegie nationale. Pas plus que ne sera initiée la suppression des sinécures comme le Conseil économique, social et environnemental, voire du Sénat.
Pour le Parti de la France, C’est le Système tout entier qu'il conviendra de changer demain en retrouvant, en nous-mêmes le chemin de notre génie politique national, en redéfinissant les hiérarchies, en rétablissant l’autorité de l’Etat, en pourchassant esprit clanique et clientélisme, et en rendant la parole au peuple.
 
       
 

Réinfo, le magazine d'information

 

@carllang2022

 

@lepartidelafrancecompteofficiel

 
  Le journal télévisé du PdF
présentée par Sylvie Collet
  Pour suivre Carl Lang,
le Président du PDF, sur twitter
  Pour suivre le Parti de la France sur FaceBook  
     

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel