UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vie politique du Hainaut

  • SENATORIALES, nous voilà !

    Vous pourriez croire que j'ai pris goût aux échéances électorales.

    Ce n'est pas vraiment la réalité, comme ASTERIX, je suis tombé dedans quand j'étais beaucoup plus jeune.

    En 1951, mon grand-père maternel, ancien prisonnier de guerre de 1914 à 1919, m'avait initié à l'acte civique qu'est le dépôt d'un bulletin dans l'urne.

    C'est lui qui m'avait initié à la bonne pratique républicaine : au premier tour on choisit, au deuxième on élimine.

    J'ai eu, à de nombreuses reprises, à appliquer ce qu'il m'avait appris.

    J'ai envisagé, à de nombreuses reprises, être un élu de la Nation.

    Je l'ai été avec une certaine satisfaction, celle d'avoir servi la FRANCE, nos concitoyens, mes idées.

    Conseiller municipal d'Escautpont, de Condé sur l'Escaut et de Valenciennes, conseiller régional de 1992 à 2010.

    Les gaulois n'avaient qu'une peur, que le ciel leur tombe sur la tête.

    Je n'ai qu'une appréhension, ne plus pouvoir être candidat.

    J'ai participé à toutes les élections, sauf la présidentielle.

    Une nouvelle élection se tiendra le 24 septembre 2017 : les sénatoriales, en particulier dans le NORD.

    Avec l'accord de Carl LANG, Président du PARTI de la FRANCE, j'y retourne, comme en 2011, pas spécialement pour gagner, mais pour continuer le combat des idées.

    Ce sont donc 6 hommes et 6 femmes du Nord, élus ou anciens élus fidèles à des principes qui me feront l'honneur de participer à ce nouveau tour de piste en attendant 2019 et 2020, européennes, municipales et régionales.

    Je suis à l'écoute de toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas mourir, que notre France ne meure pas. 

  • Assez de mensonges !!!!!!

    Quand le FN met en avant une fausse victime des attentats de Nice

     

    Rédigé le Vendredi 7 Juillet 2017 à 13:15 | 0 commentaire(s)

     

    Vendredi 30 juin, le député Front National et adjoint au maire d’Hénin-Beaumont Bruno Bilde, a fait intervenir au conseil municipal Sophie Fessard, qui se prétendait victime des attentats de Nice. Une intervention qui a suscité le scandale.


    Je suis une rescapée de l’attentat de Nice. J’ai perdu ma famille, mes amis. Avant j’étais normale, aujourd’hui je suis paralysée des membres inférieurs.” C’est ainsi que Sophie Fessard a commencé son intervention au conseil municipal d’Hénin-Beaumont où Bruno Bilde et Steeve Briois, respectivement adjoint et maire de la commune du Pas-de-Calais, avaient exceptionnellement fait appel à une personne du public. Le sujet à l’ordre du jour ? L’armement des policiers municipaux, une revendication récurrente des élus du Front National.

    Face à une opposition médusée qui dénonce avec fracas une instrumentalisation orchestrée par Bruno Bilde, la “victime” des attentats de Nice poursuit : “Si les policiers municipaux avaient été armés à Nice, le terroriste ne m’aurait pas roulé dessus. C’est indigne et irrespectueux pour nous, les victimes, de demander le désarmement”. 

    Elle se prétendait déjà victime du Bataclan

    Seulement voilà, la Voix du Nord  rapporte que Sophie Fessard, originaire de Rouen, s’était déjà présentée par le passé comme une victime des attentats du Bataclan. Contactée par le journal, la police judiciaire de la ville de Rouen a confirmé qu’elle n’apparaissait pas dans le registre national des victimes… Le quotidien régional cite ensuite une source anonyme de Rouen qui achève de jeter le discrédit sur ce témoignage :

    Elle s’était déjà présentée en victime de l’attaque du Bataclan. Encore auparavant, elle se disait handicapée à cause de mauvais soins. Elle se présentait déjà en fauteuil roulant avant les attentats de Paris et de Nice. J’ai en ma possession des documents médicaux qu’elle a clairement falsifiés.”

    On trouve en effet trace d’un témoignage de Sophie Fessard paru en 2007 dans Le Parisien  où elle raconte avoir entamé une grève de la faim d’une douzaine de jours devant l’hôpital où elle aurait été victime d’une erreur médicale, sans que l’on sache ce qu’est devenue la procédure qu’elle avait engagée en justice.

    La police judiciaire de Rouen précise enfin qu’elle utilise aussi deux autres identités, Sophie Lescamure et Sophie Martin, nom sous lequel elle est impliquée dans une affaire de diffamation et d’atteinte à la vie privée.

    Les élus Front National étaient-ils au courant des incohérences dans le discours de Sophie Fessard ? Pas besoin en effet de chercher très longtemps pour trouver les premières contradictions entre son récit sur les attentats et ce qu’elle affirme autre part. Ainsi, elle certifiait dans son intervention devant le conseil municipal d’Hénin-Beaumont avoir perdu sa famille dans les attentats du 14 juillet 2016 à Nice. Pourtant dans l’autobiographie qu’elle a écrite, elle raconte avoir été placée à la DDASS après avoir été abandonnée à la naissance, en parallèle elle affirme au Parisien que son mari policier serait décédé en 2004 et que son fils aurait été à son tour placé à la DDASS suite à ça… Comment dès lors croire à son récit sur l’attentat de Nice ?

    La Voix du Nord ajoute que celle qui déclarait avoir été grièvement blessée lors des attentats, n’en était pas moins très active sur Twitter moins de 24h après l’attaque. Le quotidien affirme en effet qu’elle postait et répondait aux tweets avec assiduité. Son compte a été désactivé il y a quelques jours.
    source : la voix du Nord via les inrocks

  • Serait-ce le début de la fin ?

    Assistants parlementaires du FN: Marine Le Pen mise en examen pour abus de confiance

     

    Rédigé le Vendredi 30 Juin 2017 à 20:34 | 0 commentaire(s)

     

    La présidente du Front national, Marine Le Pen, mise en cause dans une enquête sur les assistants parlementaires d'eurodéputés FN, était convoquée cet après-midi chez les juges. Elle a été mise en examen pour abus de confiance, selon son avocat.


    "Conformément à ses engagements pris pendant la campagne présidentielle, Marine Le Pen s'est rendue aujourd'hui à la convocation des juges qui l'ont, comme envisagé, mise en examen" (inculpée, ndlr), a indiqué l'avocat Rodolphe Bosselut. Il a ajouté que sa cliente allait déposer un recours "dès lundi" contre cette inculpation qui viole le principe de la séparation des pouvoirs.

    Mme Le Pen, élue eurodéputée en 2004, a été mise en examen pour abus de confiance "en sa qualité de députée européenne de 2009 à 2016 pour utilisation de fonds du Parlement européen" au profit de sa cheffe de cabinet au FN Catherine Griset et de son garde du corps Thierry Légier, a précisé une source judiciaire.

    La nouvelle députée à l'Assemblée nationale a également été mise en examen pour "complicité d'abus de confiance" de 2014 à 2016 en sa qualité de présidente du parti d'extrême droite, a ajouté cette source.

    Convoquée en début d'après-midi au pôle financier du tribunal de Paris, Marine Le Pen a lu une déclaration et n'a pas, comme la loi l'y autorise, répondu aux questions, a précisé son avocat.

    Jusqu'ici, la patronne du FN, 48 ans, avait refusé de rencontrer les juges: elle avait mis en avant son immunité d'eurodéputée pour rejeter une première convocation le 10 mars, puis indiqué qu'elle répondrait favorablement à leur demande après les élections présidentielle et législatives.

    Le préjudice pour le Parlement européen s'élèverait à près de cinq millions d'euros de 2012 à 2017, d'après des chiffres communiqués par l'institution européenne. Dix-sept élus FN européens, dont Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen, sont visés par l'enquête en France, ouverte en 2015, qui porte sur au moins une quarantaine d'assistants.
    source : lefigaro.fr

  • On nous aurait menti !

    mercredi, 21 juin 2017

    LA NOUVELLE ASSEMBLEE NATIONALE EST ILLEGITIME !

    Unknown.jpg

    Jean-Claude Rolinat

    Le 18 juin 2017, l’appel aux urnes n’a pas fait recette auprès de l’électeur : les sollicitations diverses sont demeurées vaines et les citoyens sont massivement restés chez eux ou sont partis à la pèche ! En effet, seulement 47 % des inscrits ont cru bon de se déplacer pour accomplir, comme on dit, leur « devoir »…Résultats des courses , des députés élus au rabais qui représentent mal, très mal, le peuple, tant en scores qu’en catégories socio-professionnelles mais, sur ce dernier point, ce n’est pas un fait nouveau. Prenons par exemple quelques chiffres pour étayer notre affirmation. Le parti du Président, la secte des marcheurs, des« start-upers » et autres gauchos- bobos ayant l’étiquette « En Marche », obtient 7 826 434 voix, soit 44,06 % des exprimés, mais seulement 16,54 % des inscrits. Ce qui donne tout de même à LREM 308 députés ou 53,3 % des sièges. Si l’on ajoute à ces chiffres ceux des alliés du Modem – pour combien de temps ? – il y a une coalition de 8 924 649 suffrages et 350 députés, soit 18,87 % des votants donnant 60,65 % des sièges ! Mieux, le Parti communiste – et oui, malgré les crimes contre l’humanité, le Goulag, les révélations sur Katyn et le génocide Khmer, ça existe encore !- avec 217 832 voix au second tour soit 1,20 % des exprimés, il obtient 10 sièges, alors que, à titre de comparaison, les rescapés du néo-FN qui recueillent 1 564 252 voix, 8,61 %, n’auront que 8 parlementaires. On pourrait multiplier la démonstration, le scrutin majoritaire à deux tours est injuste, anti-démocratique.

    Le « cocu magnifique »

    Celui qui se sentait « faiseur de roi », François Bayrou - de fait, son ralliement à Macron a poussé les lignes en faveur de ce dernier - se retrouve coincé, pris à son propre piège. A force de clamer « urbi et orbi » qu’il voulait une moralisation de la vie publique, il a attiré la foudre sur lui et les siens. Thémis s’intéressant désormais de près au sort des députés européens du Modem et à leurs assistants parlementaires, plus exactement aux tâches qui leur étaient confiées. Travaillaient-ils vraiment pour les mandats européens de leur élu, ou étaient-ils mis à la disposition du parti ? C’est la même accusation «  d’emploi fictif » qui pèse sur le groupe Front national, la même qui avait conduit Juppé, condamné à s’exiler au Canada, pour se faire oublier. Et,  dans le cas précis qui nous occupe, la justice, semble-t-il, ne fera pas la politique du « deux poids, deux mesures ». Emmanuel Macron à l’aube de son mandat, lui qui se réclame d’une probité sans faille – attendons toutefois, là aussi, les résultats de l’investigation en cours concernant son raout à Las Vegas de l’an dernier- ne pouvait pas conserver à un poste ministériel de premier plan un dignitaire susceptible d’être mis en examen. Après un mois de résidence place Vendôme pour François Bayrou, ce n’est tout de même pas « Adieu veaux, vaches, cochons », car il retrouvera bientôt en même temps que son fauteuil de maire, les bovidés du Béarn. Pas de pot pour le Maire de Pau ! D’autant que dames Goulard et de Sarnez, deux poids lourds du Mouvement démocrate, le suivent dans cette démission sans doute un peu « forcée ». Le Président de la République, avec une majorité absolue de 308 parlementaires, soit 19 de plus que nécessaire a-t-il encore besoin de cet allié encombrant ? D’autant qu’il pourrait compter sur le renfort d’un nouveau groupe issu de dissidents des Républicains et des membres de l’UDI. On le voit, si la politique n’est pas un « long fleuve tranquille », les astres sont toujours au beau fixe pour le jeune locataire élyséen. Qu’il en profite, ça ne durera pas, Mélanchon et ses idées du XIXe siècle arrivent !

    Une droite classique sonnée et menacée de scission

    Ils ont beau crier haut et fort qu’ils n’ont pas subi une défaite irréversible, les Républicains à qui on aurait volé « une élection imperdable », la présidentielle, ressortent du scrutin de dimanche dernier « lessivés » : leur groupe, en effet, a rétréci au « lavage » électoral ! Non seulement ils perdent une centaine des leurs avec de cruelles défaites à Paris, en province ou en Corse et, en plus, ils vont siéger au Palais Bourbon dans deux groupes différents l’un, les « continuateurs » toujours présidé par le député-maire de Provins, l’autre rallié d’avance à Macron et pouvant servir de substitution à un Modem chancelant.

    Et nous dans tout ça ? Ne boudons pas notre plaisir

    Nous devons garder espoir. Rien, surtout pas en politique, n’est jamais définitif. De Gaulle et son RPF furent remerciés comme des malpropres au lendemain de la Libération, pour mieux revenir triomphants en mai 1958. L’Union et Défense des Commerçants et Artisans, l’UDCA de Pierre Poujade, avait fait irruption dans la chambre en 1956 avec une grosse cinquantaine de députés, parmi lesquels un jeune talent, Jean-Marie Le Pen, pour mieux disparaitre deux ans plus tard. François Mitterrand,  initiateur de son propre attentat bidon de l’Observatoire, aurait dû être effacé de l’échiquier politique, couvert de ridicule, alors qu’en 1981 et pour deux mandats, il devenait Président de la République. Qui aurait parié sur les victoires du FLN à Alger et de Mandela en Afrique du Sud, sur les succès du « Brexit » et de Donald Trump ? Qui aurait prédit qu’en décembre 1991 le drapeau rouge frappé du marteau et de la faucille d’or serait amené au Kremlin, symbolisant la mort de l ‘URSS, ou que la Pologne renaitrait de ses cendres au lendemain de la IIème Guerre mondiale ? Nous avons la foi, des évènements imprévisibles dont nous ignorons encore tout, nous donneront raison, à terme. Le peuple français, en fait, ne s’est pas prononcé. Les deux-tiers se sont abstenus. Il a adopté une attitude « so british » : « Wait and see », attendre et voir venir. Nous, nous sommes des acteurs qui refusons la décadence de notre pays, qui n’acceptons pas son invasion, son avilissement. Il nous faudra, sans doute, trouver des alliés. L’alliance électorale nouée à l’occasion de ces dernières législatives n’est qu’une première tentative. Il faudra sans doute élargir ce spectre politique, se perfectionner, s’ouvrir à d’autres sensibilités de proximité. Et puis, ne boudons pas notre plaisir de voir tomber à terre des adversaires et des ennemis qui ont mordu la poussière et qui perdent de leur superbe. Dieu fasse qu’un certain nombre d’entre eux connaissent, à leur tour, les joies des queues à Pôle Emploi. C’est, en guise de conclusion, tout le « bien » que je leur souhaite !

     
  • 55 ans, déjà !

    Et les clameurs se sont tues !...

     

    « Le souvenir du bonheur n'est plus du bonheur ; le souvenir de la douleur est de la douleur encore » (George Gordon, Lord Byron)

     

                Il était environ onze heures en ce mois de juillet 1962. Le ciel était pur, avec de légers flocons de nuages, très espacés. Une lumière douce et éclatante baignait les immeubles du Front de Mer, à Oran. Le « Kairouan » s’était rempli en un temps record… Il y avait du monde partout, dans les cales, sur le pont, dans les entreponts et si, sur les quais, c’était la panique, à bord, les malheureux « vacanciers » (comme les avaient surnommé Robert BOULIN et Gaston DEFFERRE) ne demandaient plus rien. Ils s’affalaient, prostrés, et regardaient les contours de leur terre. Ils voulaient s’imprégner une dernière fois de cette vision qui avait été le cadre de leur enfance, se souvenir de chaque mot, de chaque geste, pour être enfin dignes de s’envelopper du linceul immuable des choses définitives. Ils entraient en exil par de honteuses poternes, traînant derrière eux, comme un fardeau et un tourment, le manteau d’apparat de leurs souvenirs rebrodés de mirages.

                L’Algérie, tant servie, tant chantée, tant aimée, c’était le passé de bonheur, d’héroïsme et d’espérance, et ce n’était plus en cet instant tragique, que le désespoir de milliers de cœurs calcinés au fond de milliers de poitrines humaines…

    Il n’est pas de douleur plus grande que de se souvenir des jours de bonheur dans la misère !...

                En l’instant, tout à leur chagrin, ils ne savaient pas encore qu’une fois arrivés en France, épuisés et malheureux, ils y seraient accueillis comme des étrangers, qu’on les jugerait, qu’on les montrerait du doigt, qu’on les traiterait de parias, de pestiférés, qu’on dirait que « leur misère est un juste châtiment » et qu’on rirait de leur désespoir.

    Quel douloureux instant que celui où l’on quitte sa maison, son site aimé, ses amis, sa famille, tout ce qui tient au cœur, avec la conviction, plein l’âme, que plus jamais on ne les reverra. Et l’on pense aussi, sans le dire, à toutes les profanations de tous ces êtres chers qui seront faites après le départ…

    « Notre église, ce petit bijou, a été décapitée. Notre cimetière a été saccagé… Tous les cercueils ont été ouverts… J’aurais préféré être aveugle ! » C’est un prêtre français qui parle…

    Aujourd’hui, il ne reste plus comme vestiges qu’un grand rêve, des souvenirs douloureux, des milliers de morts et de disparus, des milliers de déracinés dépossédés, humiliés, violés, des ruines, une odeur de sang caillé, un reniement immense, et, sous le soleil de « là-bas », une déréliction de plaines rases rendues à l’abandon et le vent de la mer dans sa morne complainte sur les vignobles et les vergers en friches…

                Cinquante cinq ans « après », les rangs se sont « éclaircis » mais des milliers d’âmes déracinées ne font, encore, que survivre loin des paysages dorés qui ont émerveillé leur enfance. De cette terre douce et triste, tombeau de leurs aïeux et nid de leurs amours, un immense vide les sépare, fait de sable, de regrets, de mirages, de promesses et de serments révolus, où s’irréalisent les oasis perdues de leurs souvenirs.

                Algérie qui leur a donné la vie et qui a pris leur cœur, rongée par le désordre,  la pauvreté, la prévarication et l’immoralité d’apparatchiks, que triste est ton sort aujourd’hui !...

    De-ci de-là, les mousses recouvrant les murs joignent leur lèpre rouille à l’ombre des palmiers aux branches mutilées. Les grands arbres sous la lune, frissonnent de nostalgie et renouvellent chaque nuit leurs appels éplorés dans l’espoir que l’amour voudra bien y renaître. Et dans leurs branches désolées, les lettres qu’on déchiffre avouent aux voyageurs que d’autres en ces lieux ont connu des bonheurs dont les traces ne sont point effacées…

    Le temps a pu faire son office, jouer au sacrificateur, il n’a pas eu le front de dévorer ces noms des heures familières. Pourtant à notre départ nous n’avons rien inscrit. Nous n’avons pas voulu que s’y fixent nos cœurs. Mais nous n’avons pas trahi nos secrètes tendresses afin que reste bien à nous cette gerbe de fleurs qu’on respire à genoux parmi les souvenirs de toutes nos ivresses.

    Des souvenirs… Voilà ce qui reste désormais : des souvenirs merveilleux et cruels qui subsistent à jamais dans les mémoires… Avec le temps, les vagues murmureront longtemps autour de ces souvenirs là… Dans les tempêtes, elles bondiront comme pour venir lécher leurs pieds, ou les matins de printemps, quand les voiles blanches se déploieront et que l’hirondelle arrivera d’au-delà des mers, longues et douces, elles leur apporteront la volupté mélancolique des horizons et la caresse des larges brises. Et les jours ainsi s’écoulant, pendant que les flots de la grève natale iront se balançant toujours entre leur berceau et leur tombeau, le cœur de ces exilés devenu froid, lentement, s’éparpillera dans le néant, au rythme sans fin de cette musique éternelle.

     

    José CASTANO

                                                               Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

     

    « O mes amis Pieds-Noirs, ne pleurez plus la terre et le sol tant chéris qui vous ont rejetés ; laissez les vains regrets et les larmes amères ; ce pays n’a plus d’âme, vous l’avez emportée » (Camille Bender – 1962)

     

     

    Isabella chante « les naufragés d’Algérie »

     

    Cliquez sur : les Pieds Noirs quittent l'Algérie - YouTube

  • On vous avait prévenus

    FN : PLUS DUR SERA LA CHUTE

    Quel avenir pour le Front national, Marine Le Pen et Florian Philippot après la désastreuse séquence des présidentielles et des législatives 2017 ?


    FN : PLUS DUR SERA LA CHUTE

    Pour en débattre, Carl Lang, Président du Parti de la France participait à  l'émission ça vous regarde sur la chaine parlementaire (LCP) en compagnie de François d'Orcival de Valeurs Actuelles, de Jérome Fourquet de l'Ifop et Marie Labat, co-auteur du livre « Philippot 1er » et journaliste sur LCP.

     
     
    Source : national-hebdo

     

  • Campagne de l'Union des Patriotes

    mercredi, 07 juin 2017

    À QUELQUES JOURS DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES, CARL LANG EXPLIQUE LA CAMPAGNE DES PATRIOTES

    ob_67073a_cl-ja.jpg

    Carl Lang, Président du Parti de la France, a répondu aux questions de Pierre Cassen pour Riposte laïque cliquez ici

    Riposte Laïque : Vous êtes le président du Parti de la France, qui sera présent dans 56 circonscriptions aux élections législatives. Quel est votre objectif, en présentant ces candidats ?

    Carl Lang : Nous ne sommes présents que dans 56 circonscriptions du fait du coût des campagnes électorales. Ce sont nos candidats, nos militants et le Parti de la France qui financent les bulletins de vote et les circulaires. Nous ne bénéficions pas du financement public des partis politiques et toute notre action est le fruit du militantisme. Je suis fier des candidates et candidats du PdF, de leur courage, de la force de leurs convictions et de leur engagement au service de notre France.

    Notre objectif est de faire entendre la voix de la Droite nationale, de la droite des valeurs, de la droite des libertés économiques, de la droite sociale. Nous menons campagne contre la colonisation et l’islamisation de la France et pour la défense de notre identité, de nos traditions, de nos libertés et de notre sécurité.

    Nous avons par ailleurs contribué à la mise en place d’une alliance électorale dans le cadre de ces élections législatives avec les comités Jeanne présidés par Jean-Marie Le Pen et avec Civitas.

    La résistance nationale doit se faire entendre.

    Riposte Laïque : Et vous-même, vous vous présentez ?

    Carl Lang : Je suis candidat dans la 5eme circonscription de l’Eure, qui comprend Vernon, ma ville natale.

    Riposte Laïque : Vous avez mis en avant, dans vos tracts, le refus de l’islamisation de la France, et cela a été accepté. Vous n’avez pas craint, dans le climat actuel, des excès de zèle de quelque commission, estimant que cela pouvait constituer une incitation à la haine ?

    Carl Lang : Sur les bulletins de vote de nos candidats figure en plus des noms des candidats et du logo du Parti de la France, le slogan suivant : Pas d’islamisation chez nous : Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés.

    Il s’est trouvé un magistrat président de la commission de propagande du Calvados pour, de manière totalement arbitraire et contraire au code électoral et à la jurisprudence, décider de rejeter nos bulletins de vote au motif totalement fallacieux de risque de trouble à l’ordre public. On croit rêver…

    Selon le même principe totalitaire, on pourrait aussi censurer le contenu des circulaires électorales et pourquoi pas refuser tout simplement les candidatures de l’opposition nationale comme étant en elles-mêmes un risque de trouble à l’ordre public. Il n’y a malheureusement pas de recours possible avant l’élection face aux décisions arbitraires et militantes de ce genre de commissaire politique. Nos candidats vont donc devoir livrer leurs bulletins de vote dans chacune des mairies de la circonscription et nos bulletins ne seront pas dans les enveloppes envoyées à chaque électeur.

    Partout ailleurs et conformément au code électoral et aux compétences des commissions de propagande, nos documents ont été validés. Nous serons donc en mesure de proposer aux Français un vote de refus de l’islamisation de leur pays. Mener cette bataille de défense de nos valeurs de civilisation est déjà en soi une victoire.

    Riposte Laïque : Vous étiez à Calais, il y a quelques jours, aux côtés de la candidate de Civitas Marie-Jeanne Vincent. Que vous inspire la campagne qui est menée contre elle ?

    Carl Lang : Les habituels donneurs de leçon de démocratie, de droits de l’homme, de tolérance et de respect des différences font tomber les masques et montrent leur vrai visage, celui de la haine de la France française. Ils affichent leur esprit sectaire, violent et totalitaire. J’espère que les électeurs de Calais récompenseront par leur vote le remarquable courage de Madame Vincent qui est par ailleurs enseignante dans le public.

    Le camp de la haine est chez ceux d’en face : pas chez les nôtres.

    Riposte Laïque : Depuis des années, vous critiquez très vivement le Front national, et sa présidente. Quel est votre regard sur sa campagne, son résultat au premier tour, le débat entre les deux tours, le score du 2e tour, et la situation interne de ce parti ? Considérez-vous que ces événements valident vos reproches passés ?

    Carl Lang : J’ai pu exposer, dans vos colonnes et avant le premier tour mon analyse de la campagne présidentielle. Je n’y retire rien. Par sa stratégie, sa ligne politique, son caractère et ses insuffisances, madame Le Pen a ruiné ses chances de victoire alors qu’elle disposait d’une situation politique qui ne se représentera peut-être jamais et d’un contexte historique extraordinairement favorable. Je pense que madame Le Pen n’est pas digne du Front National dont a hérité, qu’elle n’est pas digne de son père et qu’elle n’est pas digne de ceux qui ont voté pour elle.

    Riposte Laïque : Mais pourtant, elle a réalisé un score jamais atteint…

    Carl Lang : Et le bilan de tout cela est la confusion dans les idées et la ligne politique, le discrédit personnel, les dettes et les querelles internes. Dans l’attente des rendez-vous judiciaires…

    Riposte Laïque : La victoire de Macron inquiète de nombreux patriotes, certains voyant même dans cette élection la mort annoncée de la France. Vous partagez ce pessimisme ?

    Carl Lang : Je crois toujours au sursaut vital du peuple français et je me refuse à sombrer dans le pessimisme, le fatalisme et le renoncement. Je crois aux vertus de l’engagement et à la valeur de l’action. Nous menons une action de résistance difficile, avec des moyens dérisoires, mais nous savons que les minorités agissantes peuvent peser sur l’histoire. Ne soyons pas les spectateurs de l’abaissement de la France et de la fin de la nation française.

     
  • Dans quatre jours, les résultats.

    T1_59_20_2_N.pdf.pdf

    Comme moi, il faut vous y faire, je ne suis pas devenu un spécialiste de la communication. Pour lire notre circulaire, cliquez sur le lien ci-dessus.

    J'avais la responsabilité technique des candidats du PARTI de la FRANCE, mission quasi réussie.

    Je ne suis pas totalement satisfait, mais seul celui qui ne fait rien ne se trompe jamais.  

    Merci à celles et ceux qui ont subi les nombreuses notes.

    Merci à Josyane, Nicolas, Louis, Louis, Christian, Réjane, Caroline, Michèle, Laurence, Bruno, Guy, Frédéric, Eric, Aurélie, Elisabeth et tous les autres, j'en oublie, elles et ils m'ont déjà pardonné 

    Gérer devant son écran une centaine de camarades, plus ceux qui nous accompagnent dans l'UNION des PATRIOTES, ne fût pas un sinécure.

    Merci à toutes celles et tous ceux qui participent, toutes et tous des bénévoles.

    Elles et ils sont les candidats de la FRANCE.

    Que les résultats nous permettent de continuer notre combat.

    Dominique SLABOLEPSZY

  • A Dieu, notre ami

    Décès de Daniel Duhamel

    Le Parti de la France a la tristesse de vous annoncer le décès de Daniel Duhamel. Commandeur de la légion d'honneur, commandeur de l'ordre national du mérite, membre du Cercle National des Combattants et membre fondateur du Parti de la France, Daniel Duhamel, officier médaillé et homme du Nord, a été conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 1992 à 2004 au sein du groupe Front national alors présidé par Carl Lang.


    Le Parti de la France et Carl LANG adressent leurs condoléances et leurs amitiés à  l'épouse de Daniel et sa nombreuse famille.
    La cérémonie religieuse aura lieu vendredi 9 juin à 10h30 à L'institut Religieux de la sainte croix de Riaumont, village d'enfants de Riaumont, rue Thiers à  LIEVIN, dans le Pas de Calais.

    A Dieu Daniel.
     

     

     

  • Le clip du Parti de la France

    REINFO : le journal hebdomadaire

    Clip officiel du Parti de la France - Elections législatives 2017

     

  • Carl LANG, en soutien des candidats du HAINAUT

    Dans le cadre de la présentation des candidates et candidats du PARTI de la FRANCE, soutenus par Jean-Marie LE PEN et les Comités JEANNE, CIVITAS et le SIEL, Carl LANG sera dans le HAINAUT ce samedi 27 mai 2017.

    Pour tous renseignements contacter Dominique SLABOLEPSZY, délégué national aux élections, membre du Bureau Politique national et conseiller régional honoraire.

    Coordonnées en début d'accueil.

    Diaporama de tous les candidats sur la note précédente.

  • Les candidates et candidats du PDF

    Liste des candidats du Parti de la France aux élections législatives

    Liste des candidats du Parti de la France
  • En avant, pour la FRANCE

    Elections législatives : Communication du Parti de la France

    Rédigé le Mardi 9 Mai 2017 à 08:03 | 0 commentaire(s)

     

    Les 11 et 18 juin prochains le Parti de la France présentera des candidats dans un certain nombre de circonscriptions, si vous souhaitez vous engager et participer activement à ces élections comme candidat, suppléant ou mandataire financier, contactez dans les 48 heures notre délégué national aux élections, Dominique Slabolepszy : dominique.slabolepszy@wanadoo.fr


    Si vous n'êtes pas candidat mais que vous souhaitez nous aider, faites un don au Parti de la France : chèque à l'ordre de Myriam Baeckeroot, mandataire financier du PdF, à envoyer à l'adresse suivante : PdF, 6 allée des Templiers, 78860 Saint-Nom-la Bretèche.
    Engagez-vous, aidez-nous !
     


  • Communiqué de Carl LANG

    Carl Lang appelle les Français se reconnaissant dans les valeurs et les principes de la droite nationale à rejoindre le Parti de la France.

    ob_6490c7_cl-co.jpg

    Communiqué du Parti de la France :

    Le résultat de l’élection présidentielle révèle douloureusement pour les militants nationaux que la stratégie « à gauche toute » et le souverainisme gauchisant de Marine Le Pen ont ruiné les chances de réaliser la grande alternance nationale.

    Alors que les conditions historiques et le contexte politique lui étaient exceptionnellement favorables, Marine Le Pen a transformé un boulevard électoral en impasse politique.

    Il est nécessaire pour la France de faire à nouveau entendre la voix de la vraie droite nationale française.

    Soutenez les candidats du Parti de la France aux élections législatives qui vont faire une campagne de résistance nationale, de défense de nos valeurs de civilisation et de refus de l’islamisation.

    Aidez le Parti de la France. Rejoignez-nous.

    Site du PdF cliquez ici

  • Communiqué du BP du Parti de la France

    Le Parti de la France appelle à faire battre Macron le 7 mai

    30 Avril 2017, 10:48am

    Publié par Thomas Joly

    Communiqué du Parti de la France

    Le bureau politique du Parti de la France réuni le samedi 29 avril a réaffirmé sa volonté de faire battre Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle.

    L’intérêt national est d’éviter à la France un nouveau quinquennat de la gauche mondialiste, immigrationniste et antinationale.
     
    Par ailleurs, Le Parti de la France participera ce lundi 1er Mai à Paris au défilé en Hommage à Jeanne d’Arc organisé par Jean-Marie LE PEN et les Comités Jeanne.
     
    Dès le lundi 8 mai, Carl Lang et le Parti de la France s’engageront dans la campagne des élections législatives afin de faire enfin entendre la voix de la droite nationale et de la résistance à la colonisation étrangère et à l’islamisation de la France.

  • Après FILLON, N.D.A rejoint les mondialistes

    Nicolas Dupont-Aignan se déballonne

    Rédigé le Mercredi 26 Avril 2017 à 09:14 | 1 commentaire(s)

     

    La peur de déplaire a eu raison de la raison des membres du Bureau Politique de « Couchée la France », et Nicolas Dupont-Aignan a décidé de ne pas appeler à faire barrage au socialiste mondialiste anti-Français Emmanuel Macron.


    C'était bien la peine de ménager le suspens pendant trois jours pour en arriver là...

    En tout cas, cela démontre que ce soi-disant parti patriote n'est qu'une arnaque qui ne roule que pour son chef et se contrefiche de l'avenir de notre pays.

    Carl Lang et le Parti de la France, eux, ont pris leur responsabilités en appelant dès dimanche soir à voter contre Emmanuel Macron, le candidat du système, qui rassemble de Robert Hue jusqu'à Alain Madelin, en passant par Cohn-Bendit et Bernard-Henry Lévy !

    Source : http://pdf14.over-blog.com

  • En avant, pour l'Union des Patriotes !

    Nous n'avions pas de candidat pour le premier tour des présidentielles.

    Chaque adhérent, chaque sympathisant de la Droite Nationale, de la Droite Hors les Murs, chaque française, chaque français avait le devoir de voter pour la candidate ou le candidat de son choix.

    C'est ce qu'ils ont fait, c'est ce que j'ai fait.

    Les résultats donnent un second tour qui met en compétition Madame Marine Le PEN et l'héritier de François HOLLANDE, le banskter MACRON.

    Chacun choisira en son âme et conscience.

    Les directives du PARTI de la FRANCE sont de faire barrage à la gauche, de faire battre MACRON.

    Malgré toutes les critiques réelles que j'ai exprimées depuis près de dix ans, j'appliquerai cette directive, en donnant rendez-vous le 11 juin prochain pour les législatives, législatives où l'UNION des PATRIOTES, Les Comités JEANNE de Jean-Marie LE PEN, le SIEL, CIVITAS et le PARTI de la FRANCE présentent des candidatures communes.

    Je suis à la disposition de tous, pour mener à bien techniquement ce grand dessein.

    Dominique SLABOLEPSZY

    Délégué national aux élections pour le PDF

  • Deuxième tour

    Le Parti de la France appelle à faire battre la gauche mondialiste et affairiste incarnée par Emmanuel Macron

    Rédigé le Lundi 24 Avril 2017 à 08:17 | 0 commentaire(s)

     

    Sur Twitter, Carl Lang, Président du Parti de la France, annonce que le Parti de la France appelle à faire battre le candidat de Hollande et des Rothschild au 2nd tour des élections présidentielles : « Le Parti de la France appelle à faire battre Macron, ancien ministre de Hollande et candidat de la gauche affairiste et antinationale. »


     
     
  • Dimanche 23 avril 2017, 20 heures ! Quel deuxième tour ?

    MACRON OU LA FIN PROGRAMMÉE...

    17016146_1949407631948804_1499896711_o.jpg

    Roland Hélie

    Directeur de Synthèse nationale

    Editorial du n°45 (Printemps 2017)

    Publié le 25 mars 2017

    Il ne reste plus que quelques semaines avant cette élection présidentielle dont la pré-campagne, et la campagne, nous réservent bien des surprises. Certes, depuis le début de la Ve République, nous savons que les jeux ne sont jamais faits d’avance. Ce qui semble évident six mois avant le scrutin s’avère toujours faux le moment venu. Preuve de la versatilité de notre peuple s’offusqueront les uns ou de l’aveuglement des médias s’exclameront les autres… qu’importe. Il n’y qu’une chose qui est constante, c’est que, de Présidentielle en Présidentielle, le gagnant a toujours été pire que le sortant.

    Cette année, nous sommes devant un cas de figure assez curieux. Soucieux que sont les partis institutionnalisés de vouloir accentuer leur image démocratique et voulant sans doute singer l’Amérique, ceux-ci nous ont imposé, à gauche comme à droite, le spectacle pathétique des « primaires ». Car il n’y a rien de tel qu’une primaire pour introduire les divisions dans un parti politique. Regardez-les, ils se sont tous entretués pendant six mois et, maintenant, les disqualifiés passent leur temps à en savonner la planche de ceux qui ont gagné.

    Des primaires qui tournent au vinaigre

    En plus, c’est hasardeux car dans les deux cas, chez les Républicains comme chez les socialistes, les vainqueurs ne sont pas ceux que le Système aurait voulu. Ni Juppé, ni Sarkozy, ni Valls, ni Montebourg, ces petits valets serviles de l’idéologie dominante n’ont réussit à l’emporter. À chaque fois, c’est un « outsider » qui est arrivé en tête. Benoît Hamon chez les socialistes (mais cela n’a pas beaucoup d’importance vu l’état actuel du PS) et, à « droite », François Fillon, personnage réputé pusillanime qui a été cinq ans Premier ministre de Sarkozy sans que personne ou presque ne s’en souvienne.

    Maudite primaire ! Si les gogos commencent à ne plus faire ce que l’oligarchie leur demande, où va-t-on ?

    Mais, rassurez-vous, le Système avait son joker : Emmanuel Macron évidemment… Un ancien de la Banque Rothschild reconverti dans le « politique buisness attrape tout » qui, avec sa prudence de banquier, avait justement pris soin d’éviter de passer la case risquée des primaires. Il se retrouve donc promu comme étant le candidat chéri des mondialistes de tous bord. Car avec lui, les mondialistes pourront dormir tranquilles. Il est bien dressé, il saura accélérer le processus de désintégration nationale et de reniement identitaire engagé. Il saura défendre les intérêts des multinationales apatrides et ceux de la haute-finance spéculative aux dépens des peuples et des nations.

    Haro sur le Sarthois

    Pour les fins stratèges de l’intelligentsia en place (ceux qui jouaient Clinton gagnante, le refus du Brexit et la chute de Bachar…), le calcul est simple : celui qui se retrouvera en deuxième position au premier tour derrière Marine Le Pen (à condition bien sûr que celle-ci soit en tête) à toutes les chances de l’emporter au second. Comme Fillon, par son côté notable provincial et certaines de ses prises de positions iconoclastes, ne répond pas aux critères de la bien-pensance, tout doit donc être mis en œuvre pour qu’il soit recalé en troisième position. Macron contre Marine Le Pen, c’est forcément Macron qui l’emportera croient-ils. Un duel Fillon-Le Pen, dans lequel Macron serait hors jeu, vous n’y pensez pas… Voilà pourquoi, depuis le début janvier, une campagne de presse reposant sur des abus plus ou moins avérés est lancée afin de déstabiliser Fillon. Je ne prétends pas que le Sarthois soit un modèle de vertu, mais force est de constater que ce qui lui est reproché est somme toute assez banal pour un politicien qui a vécu toute sa vie aux crochets de la République.

    Mais n’allez surtout pas imaginer que je cherche à le défendre. Même si je lui reconnais un certain panache dans le fait qu’il se soit maintenu en vers et contre tous, à commencer ceux de son propre camp, comme candidat des Républicains, la compassion s’arrêtera là. La manière avec laquelle il a snobé récemment certaines personnalités non conformistes de droite (comme Charles Million et Charles Beigbeder par exemple) qui souhaitaient le soutenir est significative de l’état d’esprit du personnage. En bon gaulliste qu’il est, Fillon a peur d’être classé trop à droite. Il espère sans doute se faire une place au soleil au centre ou ailleurs, mais pas de chance Macron l’occupe déjà.

    Et la droite nationale dans tout cela ?

    Paradoxalement, c’est au moment où une partie de plus en plus importante de nos compatriotes commence à ouvrir les yeux et à se rendre compte que tout ce que les nationalistes annonçaient depuis des décennies est en train de s’avérer vrai que la candidate qui est sensée représenter notre famille politique adopte un positionnement de plus en plus « clean ». Ce qui est plutôt regrettable.

    L’obsession de « la dédiabolisation » a conduit le Font national depuis quelques années à aller à l’encontre des aspirations de son électorat. Heureusement pour lui, ceux qui placent leur dernier espoir en Marine Le Pen ne se sont pas encore vraiment rendus compte de la dérive de son mouvement. C’est d ‘ailleurs peut être mieux ainsi.

    Notre peuple, aseptisé par des décennies de culpabilisation et de repentance visant à le rendre honteux de son identité, conditionné par des médias aux ordres champions de la désinformation et accablé par les contraintes d’une existence de plus en plus précaire commence à s’interroger sur l’avenir que lui propose le Système. Il voit dans le FN l’alternative à celui-ci car il ne sait pas que la direction actuelle du FN ne pense qu’à être reconnue par ce Système. On peut toujours rêver…

    Quoiqu’il en soit, nous estimons que le vote Marine (additionné à celui en faveur des autres candidats en marges comme Jean Lassalle ou Nicolas Dupont-Aignan) devra être considéré comme un « vote baromètre » qui prouvera le refus grandissant de cette classe politique usée et ternie. Il montrera que les Français sont à la recherche d’une autre voie que celles, éculées, que veut leur imposer le Système.

    Vous l’avez compris, Synthèse nationale, en tant que revue, ne donnera pas de consigne à ses lecteurs et amis. Nous savons que la candidate « officielle » de la droite nationale est loin de faire l’unanimité dans notre camp. Cependant, nous sommes aussi conscients de l’enjeu de cette présidentielle. L’élection programmée de Macron serait la pire des choses qui puisse arriver à la France car elle scellerait son asservissement total et définitif au parti de la finance, ce qui, en termes clairs, signifierait la fin de son existence. Et cela nous ne pouvons l’accepter. Eliminer Macron dès le premier tour est donc une priorité absolue, un acte de résistance patriotique et identitaire. Chacun saura, en son âme et conscience, ce qu’il lui reste à faire…

    Au-delà de la Présidentielle…

    Quel que soit le gagnant du second tour, même et surtout si c’est Macron, nous devrons continuer notre combat. Plus que jamais la France et les Français auront besoin d’une forces nationaliste digne de ce nom. En ce qui nous concerne, à Synthèse nationale, nous continuerons à œuvrer pour l’émergence d’un véritable pôle de rassemblement, fidèle aux fondamentaux qui font la spécificité de notre famille d’idées, résolument tourné vers l’avenir.

    Pour l’heure, nous vous donnons à tous rendez-vous comme chaque année à Rungis (94) le dimanche 1er octobre prochain pour notre XIe Journée nationale et identitaire.

    Comme l'a bien exprimé Roger HELIE, ce 23 avril 2017, après 20 heures, chacun devra faire son examen de conscience et prendre ses responsabilités.

    Le Bureau Politique du PARTI de la FRANCE prendra le samedi 29 avril 2017 sa décision pour le deuxième tour.

    Quoi qu'il arrive, je prendrai le parti de la FRANCE.

    Quoi qu'il arrive, je serai engagé jusqu'aux législatives des 11 et 18 juin prochain.

    Dominique SLABOLEPSZY

    Conseiller régional honoraire NPDC

    Membre du BP du PARTI de la FRANCE, secrétaire du  FN 59-HAINAUT de 1987 à 2007