UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SLABO

  • Vous devez le lire, édifiant !

    L'arbre médiatique qui cache la forêt

     

    Le néo-FN de Mme Marine et des frères Philippot est-il encore viable ?

    Rédigé le Lundi 9 Janvier 2017 à 08:00 | 0 commentaire(s)

     

    Extrait de l'Édition du 9 janvier 2017
    Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France


    Le néo-FN de Madame Marine et des frères Philippot existe-t-il encore réellement, politiquement et structurellement ? La question peut se poser pour cette formation politique qui peine à trouver des financements pour ses campagnes à venir et qui n’a aucune cohérence politique.

     

    Jamais le Front National n’a disposé d’autant de financement public.

     

    Pour l’année 2014, il déclarait dix millions d’euros de recettes. Et c’est sans compter les indemnités perçues par ses élus, députés européens, députés, sénateurs, maires, conseillers régionaux, conseillers généraux, conseillers municipaux… même si 28 % d’entre-eux, selon une étude de l’AFP, auraient déjà quitté le Front National…

    En 2015, qui plus est, la création du Groupe ENF au Parlement européen a apporté 4 millions d’euros supplémentaires par an, au tonneau des danaïdes que semble être devenu ce néo-FN.

     

    Malgré toutes ces ressources financières, à la clôture de l’exercice 2014, la gestion mariniste accuse un déficit de plus d’un million d’euros, ce qui porte à 13 millions, les dettes du Parti !

     

    Nous sommes loin de la gestion saine et rigoureuse de l'ancien trésorier Jean-Pierre Reveau qui a toujours permis au Front National de Jean-Marie Le Pen de faire face aux échéances électorales, et même d’être présent au second tour de la présidentielle, en 2002, un exploit des équipes de Bruno Gollnisch et de Carl Lang. Un exploit que Madame Marine n’a encore jamais réussi.

     

    À ces financements publics, s’ajoutent des emprunts à Cotelec ou encore à une banque tchéco-russe en 2014.

     

    Un prêt de 9 millions d’euros, un prêt dont l’Agence d’assurance des dépôts bancaires russes (ASV) réclame aujourd'hui le remboursement.

     

    En effet, après la faillite de cet établissement tchéco-russe, mi-2016, l’ASV a récupéré la gestion de cette créance. Le 26 décembre, cette autorité administrative a indiqué à la RNS, l’agence de presse russe, qu'elle avait lancé une procédure judiciaire pour obtenir le remboursement du prêt de 9 millions consenti au néo-FN.

     

    Passée inaperçue, cette nouvelle a été reprise début janvier par la presse économique russe.

     

    Difficile de dire dans quelle mesure la décision de cette autorité administrative, théoriquement indépendante mais placée sous la tutelle de la Banque de Russie, relève d’un simple automatisme procédurier, ou si elle a fait l’objet d’une validation politique.

     

    Selon un spécialiste du milieu bancaire russe, je cite « il s’agit d’une mesure normale d’assainissement de la banque : l’ASV doit rembourser les déposants et cherche donc à recouvrer les créances ».

     

    Mais un autre expert estime que l’ASV, je cite : « aurait très bien pu choisir d’enterrer le dossier, si elle avait reçu des consignes politiques en ce sens. Or, elle a choisi de contester les conditions du remboursement de la créance ».

     

    Il est vrai que vu de Moscou, le double jeu atlantiste, avec l’ultra-lobby sioniste de l’AIPAC, l’assassinat symbolique du père fondateur du FN par sa fille et l’orientation très gay-friendly du néo-FN, ne sont pas à la hauteur des espoirs placés en lui…

     

    Vladimir Poutine, qui n’a jamais reçu la dirigeante néo-frontiste, n'ayant pas caché sa préférence pour François Fillon.

     

    Le néo-FN a beau jeu de se plaindre que les banques françaises ne lui accordent aucun prêt. Celles-ci peuvent constater que chaque année, malgré un budget en hausse constante, le parti n’arrive pas à épurer ses dettes et présente systématiquement un budget en déficit de plus de 10 %. Sans compter, que n'étant plus propriétaire de ses locaux, le parti n'apporte aucun bien immobilier en garantie à l'emprunteur.

     

    Par ailleurs, même si la présomption d’innocence prévaut, quelle banque aimerait associer son nom à celui d’une formation politique impliquée dans plusieurs scandales financiers, pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, mais aussi pour la mise en place de systèmes frauduleux pour le financement des législatives et de la présidentielle de 2012, ou encore sur le patrimoine personnel de Marine Le Pen et celui de son père…

     

    Cela fait beaucoup pour une formation qui, jadis, avait pour slogan « tête haute et main propre ». Une formation qui avec un tel bilan, a quand même la prétention d'assainir la vie politique française et les comptes de la Nation.

     

    Ce sont là des faiblesses structurelles graves, et elles se cumulent à des contradictions idéologiques qui s’épanchent, souvent dans la haine, au fil des twits ou des indiscrétions médiatiques.

     

    Combien de temps Madame Marine, totalement inféodée à la ligne jacobine, laïciste, assimilationniste des frères Philippot, pourra-t-elle encore mépriser ouvertement les derniers représentants du FN historique, comme Bruno Gollnisch ou Marion Maréchal Le Pen ?

     

    Ces derniers ne servent qu’à maintenir l’illusion, à cacher l’imposture même qu’est devenu le néo-FN, à des électeurs qui croient voter pour le FN de Jean-Marie Le Pen, alors qu’il n’est plus qu’un fantôme.

     

    Le parti tiendra-t-il jusqu’à la présidentielle ?

     

    Sa candidate sera-t-elle à même de faire campagne et de passer la barre fatidique des 5 % pour être remboursée ?

     

    Compte-tenu de son endettement croissant, ce parti sera-t-il capable de rembourser un emprunt supplémentaire ?

     

    Voilà des questions que peuvent se poser légitiment les banques françaises, avant de prêter plusieurs millions d’euros à une formation dont la gestion irresponsable est structurellement déficitaire.

     

    Et oui, la victimisation ne peut pas toujours cacher, la dure réalité des faits.

     
  • REINFO 9 janvier 2017

    REINFO : le journal hebdomadaire


     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Le HAVRE, c'est fait !

    Le Havre : Jean-Yves Métayer-Robbes sera le candidat de la droite nationale aux législatives de juin prochain

    Rédigé le Vendredi 6 Janvier 2017 à 09:06 | 0 commentaire(s)

     

    Un communiqué de Jean-Yves Métayer-Robbes :

    Je suis heureux de vous annoncer ma candidature aux élections législatives de Juin 2017, au Havre, soutenu par mon ami Carl LANG, le Parti de la France dont il est le Président et les Comités Défense Républicaine dont je suis le Président-Fondateur.


    Le Havre va enfin pouvoir choisir librement entre le député sortant laïcardo-mondialiste E.Philippe, ex-porte-parole "d'Alain Juppé le grand perdant" et la vraie droite nationale que j'aurai l'honneur de représenter, dans l'espoir de devenir le futur député de la Porte Océane. Tous vos soutiens sont les bienvenus. Ensemble, nous allons défendre l'identité française. Oui, nous allons tout faire pour stopper l'islamisme et ceux qui l'encouragent tous les jours. Nous serons la droite de conviction, la droite des valeurs européennes et chrétiennes de civilisation, la droite de défense de nos entreprises et du patriotisme économique et social.

    Vous allez enfin pouvoir vous faire entendre à l' Assemblée Nationale. Vous pouvez compter sur moi et sur ma détermination.

    Le site de Jean-Yves Métayer-Robbes cliquez ici

  • Pourquoi pas !

    Carl Lang avec Jean-Marie Le Pen le 21 janvier à Palavas les Flots

    Rédigé le Samedi 7 Janvier 2017 à 10:17 | 0 commentaire(s)

     

    Samedi 21 janvier, Jean-Marie Le Pen tiendra un meeting à Palavas Les Flots dans l'Hérault. Carl Lang, y participera et interviendra. Modalités d'inscriptions ci-dessous.


  • Marche pour la vie

    Dimanche 22 janvier à Paris !

    Rédigé le Mardi 3 Janvier 2017 à 15:13 | 0 commentaire(s)

     

    Le premier des droits humains à défendre étant le droit à la Vie, Carl Lang, les élus et les militants du Parti de la France appellent à la mobilisation le dimanche 22 janvier pour la Onzième Marche pour la Vie.


    Face aux tenants de la Culture de mort qui veulent tout à la fois banaliser l'interruption volontaire de grossesse, créer un délit d'entrave numérique à l’IVG et légaliser l'euthanasie, Le Parti de la France et Carl Lang proposent l'inscription dans la Constitution du principe du respect de la Vie de la conception jusqu'à la mort naturelle ainsi que le remplacement des lois Veil, Roudy et Aubry par une grande politique familiale favorisant l'accueil de la Vie.

    Le Parti de la France appelle ses militants et sympathisants à soutenir comme chaque année la grande Marche pour la Vie.
     
     
  • Contrôles au faciès ?

    La police allemande assume le contrôle au faciès

    Rédigé le Mercredi 4 Janvier 2017 à 09:40 | 0 commentaire(s)

     

    Selon Jeanne Smits dans Minute : L’an dernier tout avait été fait pour occulter les centaines d’agressions sexuelles accompagnant le passage au Nouvel An, parce que des migrants extra-européens étaient à l’origine des troubles. Las des critiques, les policiers ont cette fois interpellé, intercepté, contrôlé à tour de bras des hommes « d’apparence nord-africaine » auprès des gares et au pied de la cathédrale de Cologne. Ils ont même vérifié les trois cents occupants d’un train s’apprêtant à descendre sur la ville – tous des migrants.


    La police a été convaincue très vite des intentions peu catholiques des voyageurs et autres « contrôlés au faciès » – 650 au total –, puisque 190 personnes ont été maintenues derrière des barrières et empêchées de rejoindre le centre-ville, en attendant les 92 interpellations qui y ont eu lieu pendant la nuit.

    La police de Cologne a même revendiqué son action en tweetant des images des migrants, accompagnées de ce commentaire laconique : « Des centaines de Nafris passés au crible à la gare principale. Détails suivent. » Des Nafris ? C’est le nom familièrement donné aux Nord-Africains en Allemagne, mais faut-il que l’exaspération soit forte pour que la police s’aventure publiquement dans ce genre de vocabulaire.

    [...] Dès le lendemain, la presse allemande de gauche s’étranglait devant ce « racisme » évident. Mais la voilà prise au piège de ses propres tartes à la crème : vaut-il mieux éviter de peiner les migrants et respecter leurs droits de l’homme au prix de plus de 1 200 agressions sexuelles, ou protéger les droits des femmes des agressions machistes en prenant des mesures fortes et ciblées ? [...]

     
    Michel Janva
  • Ces élus FN qui quittent le navire

    Ces élus Front National qui quittent le navire

    Rédigé le Mardi 3 Janvier 2017 à 13:38 | 0 commentaire(s)

     

    Les défections seraient-elle en train de se multiplier dans les villes FN ? Aurélien Colly a enquêté notamment à Cogolin, Marseille et Hayange.


    Selon un décompte de l’AFP, environ 28% des conseillers municipaux frontistes élus en 2014 ont aujourd'hui démissionné, soit environ 400 élus, sur 1 500 en France.

    La palme revient à Cogolin, dans le Var, dans la Baie de Saint-Tropez.Dix démissions dans l’équipe du Maire Marc Etienne Lansade, un proche de Marine Le Pen, parachuté à Cogolin, où Anthony Giraud, militant local du FN, lui a ouvert toutes les portes.

     

    Anthony Giraud raconte "Quand il est arrivé, je me suis jeté dans la campagne. Il a un bon bagou, il arrive à se vendre, il a expliqué qu’il était dans l’immobilier. Pour moi c’était le FN tête haute, mains propres. Et malheureusement, pas un seul conseil municipal sans un projet immobilier, sans projet de vente, parce que Mr Lansade est en train de dilapider le peu de biens communaux que Cogolin possède. Des conseils municipaux où nous ne sommes pas préparés, il n’y pas de réunions préparatoires. Tout est ficelé d’avance, il faut voter pour. Tout le monde doit dire amen".

    Anthony Guiraud a lâché le maire l’année dernière, suivi depuis par six élus

    Comme l’opposition, ils lui reprochent son entourage, notamment un conseiller en urbanisme, cousin d’Isabelle Balkany, ancien directeur de la société d’aménagement de Levallois-Perret au cœur des enquêtes judiciaire sur le système Balkany. Ses méthodes aussi : une concession de plage cédée à une connaissance personnelle. La vente du dernier terrain communal en bord de mer : 13 hectares pour 35 millions d’euros, bétonnage assuré.

    Copie d'écran du documentaire de Jean-Pascal Hattu, "Front de mer" diffusé sur France 3
    Copie d'écran du documentaire de Jean-Pascal Hattu, "Front de mer" diffusé sur France 3 

    On a aussi vu en conseil municipal, la police municipale retirer le micro àun adjoint au maire qui a fait défection. Pascal Cordé explique : "Le FN se trouve à ma place en général. C’est eux les opposants qui prennent le micro, qui dénoncent ! Et je pense que ce n’est jamais arrivé à un élu du Front national qu’un autre parti leur retire le micro, en tous cas de la sorte. Mépris total, complètement trahi. Il a dit ‘moi je viens à Cogolin, avec moi il n'y aura pas de clientélisme, au moins je ne connais personne’ . En fait, il ne fait que du clientélisme. Mais attention, clientélisme de Levallois Perret ! Pas de Cogolin !"

    La réponse du maire face à ces défections c’est de dénoncer un procès d’intention, des règlements de compte, un acharnement médiatique. Marc Etienne Lansade est confiant. Il va renflouer Cogolin, refaire aussi le port et baisser les impôts comme il l’a promis. A condition de ne pas perde encore deux élus de sa majorité, il faudrait alors une élection. Ce serait un scénario noir pour Marine Le Pen. Ces municipalités frontistes doivent être exemplaires jusqu’à la présidentielle.

    A Marseille aussi ça bouge chez Stéphane Ravier, maire du 7ème secteur

    Presqu’une dizaine de démissions, là encore depuis 2014. Dont Maria Mustachia, qui avait rejoint le FN pour la campagne de Stéphane Ravier. Il l’a ensuite nommée adjointe aux Finances. Au début, elle accède aux documents, aux réunions, elle fait le budget, et puis ça se détériore. Maria Mustachia : "Je me suis aperçue au fil des mois que la situation se dégradait. Les projets n’ont pas été mis en application. La Mairie centrale nous a retiré un demi-million d’euro sur notre budget de fonctionnement car le taux de réalisation était le plus bas de tout Marseille. Rien n’avait été fait ! Je n’étais plus informée des réunions, plus conviée. Nous nous sommes retrouvés avec des dossiers imposés. Des validations de vote imposées. Stéphane Ravier a décidé de prendre tout en main. C’est même plus autoritaire, c’est de la dictature".

    Ambiance cabinet noir et dérive autoritaire. Les dissidents marseillais appellent leur ancien mentor "le dictateur nord phocéen". Stéphane Ravier, lui, les qualifie de "chevaliers de l’apocalypse" : "J’ai fait confiance à des gens que je ne connaissais pas nécessairement, qui étaient des militants, qui semblaient être des patriotes –c’est ce qu’ils me disaient- et manifestement, je me suis trompé sur leur loyauté et sur leur sincérité. Ils ne se sont pas intéressés à l’histoire des partis politiques, qui tous exigent une certaine discipline. Je crois qu’ils n’ont pas la culture du parti".

    Qu’en est-il des autres villes FN

    Ce n’est pas dans les proportions de Marseille ou Cogolin, mais plusieurs défections et eu lieu aussi au Luc et à Béziers, chez Robert Ménard. Et puis à l’autre bout de la France, en Lorraine, où le FN a séduit les milieux ouvriers. Le Maire d’Hayange a aussi lui perdu quatre adjoints sur une affaire de financement de campagne. Parmi eux, Damien Bourgois : "Au début j’étais convaincu, on m’a fait venir, on m’a dit : 'on a besoin de gens comme toi. On va réussir à changer les choses, en mieux'. Et puis ce n'est que longtemps après qu’on comprend que tout ça c’est une grande supercherie. Derrière ça, il n’y a que des gens opportunistes, qui sont là pour se remplir les poches. Parce que j’ai vu comment fonctionnait le Front National à l’intérieur".

    Du côté du FN, on ne nie pas ces départs mais on les minimise. Il y a toujours "des déçus, des aigris" dit-on. Ce turn-over ferait partie de la vie d’un parti Il révèle surtout la fébrilité de l’ancrage local dont le FN a fait sa priorité.

    source: FranceInter.fr

  • NON à la charia !

    Voeux : seul Carl Lang a osé dire que la France n’est pas terre d’islam

    Rédigé le Mardi 3 Janvier 2017 à 08:01 | 0 commentaire(s)

    Il est le seul homme politique, à notre connaissance, à avoir tenu des propos clairs, sur l’islam, lors de ses voeux. Nous ne pouvions donc pas faire moins que de rendre hommage à Carl Lang, président du Parti de la France, qui n’a pas tourné autour du pot, et affirmé clairement les choses.


    « Le Parti de la France présente à ses militants et sympathisants ainsi qu’aux familles françaises ses meilleurs vœux pour 2017. Nous avons l’espoir que cette nouvelle année nous débarrasse enfin de la calamité politique socialiste et permette de faire entendre la voix salvatrice de la droite nationale. Nous espérons que 2017 sera l’année du réveil des consciences nationales, du redressement de la France et de la résistance à la colonisation étrangère et islamique. La terre de France n’est pas terre d’islam : Pas de charia chez nous ! »

    Espérons que cet exemple sera suivi par l’ensemble des mouvements patriotiques, pendant la campagne pour les présidentielles et les législatives, et notamment par le premier d’entre eux. Le FN aurait tout à gagner à reprendre un tel discours, digne de Donald Trump.

    Source : http://ripostelaique.com/voeux-seul-carl-lang-a-ose-dire-que-la-france-nest-pas-terre-dislam.html

  • Voeux 2017

    Meilleurs vœux pour 2017

    Rédigé le Dimanche 1 Janvier 2017 à 10:54 | 1 commentaire(s)

     

    Le Parti de la France présente à ses militants et sympathisants ainsi qu’aux familles françaises ses meilleurs vœux pour 2017.


    Meilleurs vœux pour 2017
    Nous avons l’espoir que cette nouvelle année nous débarrasse enfin de la calamité politique socialiste et permette de faire entendre la voix salvatrice de la droite nationale. Nous espérons que 2017 sera l’année du réveil des consciences nationales, du redressement de la France et de la résistance à la colonisation étrangère et islamique. La terre de France n’est pas terre d’islam : Pas de charia chez nous !
     
    Je m'associe à mon ami Carl, pour présenter à toutes et tous les patriotes mes meilleurs souhaits pour cette nouvelle année. Je suis à la disposition de celles et de ceux qui défendront les couleurs de la Droite Nationale et Populaire en cette difficile année électorale qui verra notre réussite et celle de la FRANCE. 
  • Lu pour vous : Islamisme

    "Oublions le politiquement correct et les préjugés sommaires : il est plus que temps d'appeler un chat un chat et un totalitarisme un totalitarisme.

    Oui , l'invasion sanglante de l'islamisme dans notre vie quotidienne pourrait annoncer une troisième guerre mondiale.

    Oui, la vrai question, désormais, est de savoir comment nous pouvons vaincre cette terrible menace qui a pris le France et les Français pour cible.

    Assez de contorsions, assez de démagogie !

    Loin de l'esprit munichois qui transpire jusqu'au sommet de l'Etat, ce défi nous rappelle la formule de Clémenceau : en politique "il faut savoir ce que l'on veut.

    Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire.

    Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire".

    C'est à cette tâche que je m'attelle, dès aujourd'hui, avec vous."

    (Dernière de couverture du livre de François FILLON : Vaincre le totalitarisme islamique)

     

    A la différence de beaucoup d'autres politiques, il est à espérer, en cette période de Noël et de fin d'année 2016, à l'aube de 2017, qui sera l'année politique la plus importante pour notre NATION, que son annonce sera suivie d'actes forts.

    Dominique SLABOLEPSZY

    Conseiller régional honoraire.

    Membre du BP du PARTI de la FRANCE

     

  • Messe pontificale

    A Noël, le pape pense aux enfants, y compris ceux "qu'on ne laisse pas naître"

    Rédigé le Dimanche 25 Décembre 2016 à 10:23 | 0 commentaire(s)

     

    Le pape François a demandé samedi aux 1,2 milliard de catholiques dans le monde d'éprouver de la compassion pour les enfants qui souffrent des guerres ou de la misère, mais aussi pour ceux qu'"on ne laisse pas naître", pendant la messe de veillée de Noël.


    Dans sa traditionnelle homélie de Noël, qui est la célébration pour les chrétiens du jour de la naissance de Jésus de Nazareth, le pape a évoqué "la simplicité fragile d'un petit nouveau-né, la douceur de son être couché, la tendre affection des langes qui l'enveloppent".  

    "Là est Dieu", a-t-il insisté, devant une dizaine de milliers de fidèles rassemblés dans la basilique Saint-Pierre de Rome, qui pour certains ont fait la queue dès l'après-midi pour être là. 

    Aversion pour l'avortement

    "Laissons-nous interpeler par l'Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd'hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d'une mère et d'un père, mais qui gisent dans les sordides 'mangeoires de la dignité': dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d'une grande ville, au fond d'une embarcation surchargée de migrants", a lancé le pape François.  

    Il s'exprimait sous le somptueux baldaquin dessiné par le Bernin, où seul le souverain pontife est autorisé à célébrer la messe. 

    "Laissons-nous interpeller par les enfants qu'on ne laisse pas naître", a poursuivi le pape, qui répète souvent son aversion pour les avortements. 

    Attaques contre la société de consommation

    Il a aussi demandé aux catholiques de penser aux enfants qui "pleurent parce que personne n'assouvit leur faim" et "ceux qui ne tiennent pas dans leurs mains des jouets, mais des armes". 

    Le pape François, pourfendeur de "l'indifférence" d'une société consumériste, a critiqué les célébrations de Noël pendant lesquelles "les lumières du commerce jettent dans l'ombre la lumière de Dieu", les fidèles se donnent "du mal pour les cadeaux" en restant "insensibles à celui qui est exclu". 

    L...Lire la suite sur L'Express.fr

  • Joyeux Noël

    Dominique Slabolepszy et Le Parti de la France vous souhaitent ainsi qu'à vos familles et à vos proches une sainte et heureuse fête de Noël dans la foi et l'espérance.


    Joyeux Noël
  • Marché de Noël à Strasbourg

    Strasbourg déloge l’Enfant Jésus de son marché de Noël

    Rédigé le Lundi 12 Décembre 2016 à 10:06 | 0 commentaire(s)

     

    La mairie de Strasbourg a enlevé le portique Christkindelsmärik à l’entrée du Marché de Noël et a fait disparaître la crèche place Kléber.


    Tant bien que mal, Strasbourg s’accroche mordicus à son image de capitale européenne que lui dispute sa rivale bruxelloise. Mais s’il est un titre que personne ne lui conteste, c’est sans aucun doute celui de capitale de Noël. Avec son scintillant marché de Noël à nul autre pareil, c’est un concept que Strasbourg exporte dans le monde entier : après Tokyo, Moscou et Pékin, c’est au tour de Taipei d’accueillir cette année un marché de Noël alsacien traditionnel à l’image de celui, authentique et chaleureux, du Christkindelsmärik qui se poursuit depuis 1570 à Strasbourg. Car à l’origine, en Alsace, ce n’était pas Santa Claus, le Père Noël Coca-Cola, mais l’Enfant Jésus (Christkindel) en personne qui venait combler nos chères têtes blondes en déposant ses cadeaux au pied du sapin.
    Mais voilà que la « laïcisation » de cette tradition chrétienne semble toucher à son tour la capitale alsacienne. Certains visiteurs du marché strasbourgeois s’émeuvent de l’absence de l’arche « Christkindelsmärik », à l’entrée du marché, qui rappelait sans complexe, en dialecte alsacien, sa dénomination initiale : « Marché de l’Enfant Jésus ». Le portique aurait été supprimé pour « faciliter l’accès des services de secours » dans le cadre d’un dispositif sécuritaire renforcé cette année. Rien n’empêchait, cependant, de lui trouver une nouvelle localisation sur la dizaine de sites où se déploie le marché, estiment les militants régionalistes qui se mobilisent sur les réseaux sociaux :
    « La mairie de Strasbourg a enlevé le portique Christkindelsmärik à l’entrée du Marché de Noël. Elle a aussi fait disparaître la crèche place Kléber. Une nouvelle atteinte à notre histoire, notre identité et nos traditions. Nous devons réagir ! »
    ​‌”
    De là à y voir une intention délibérée de « déchristianiser » le marché, il n’y a qu’un pas… D’autant que, sur l’une des places de la ville, la municipalité a initié et financé cette année l’arrivée d’un « marché off » qui se veut « alternatif », autour de « l’économie sociale et solidaire ». Avec des containers au lieu des chalets en bois… Exit la magie de Noël…
    Pour la retrouver dans toute son authenticité, on pourra toujours se replier vers les petits marchés de Noël qui ont essaimé en Alsace, à Sélestat, Riquewihr ou Kaysersberg, ou de l’autre côté du Rhin à Fribourg-en-Brisgau et Baden-Baden. Célébrer Noël ou Weihnachten (la nuit sacrée) en terre rhénane, c’est revenir à l’enchantement des premiers Noëls de notre enfance… Scheni Wihnachte, Joyeux Noël !
     AUJOURD'HUI
  • A gauche, toute !

    Marine Le Pen a ses chances à la primaire de gauche

    Rédigé le Mardi 13 Décembre 2016 à 10:43 | 0 commentaire(s)

     

    Après des mois de campagnes électorales à ratisser sur les terres du peuple ouvrier oublié avec un programme dont les mesures étatiques feraient rougir les plus rouges des candidats, Marine Le Pen devrait sérieusement penser à annoncer sa candidature très crédible à la primaire de gauche en janvier 2017.


    Comme toute la famille Le Pen, Marine a toujours été sensible à une certaine droiture mais elle a plus de mal avec la droitisation du paysage politique électoral français, surtout depuis le coup de tonnerre à la Primaire des Républicains où François Fillon a repositionné donc la droite… à sa juste place, tout du moins en apparence.

    Le bazar à gauche

    Et je ne parle pas de ce qui se passe à gauche, entre la vraie-fausse dissidence d’Emmanuel Macron sur une ligne libérale convoitée jadis par Manuel Valls… à la primaire socialiste de 2011, les habituelles gesticulations ventilatoires d’Arnaud Montebourg, l’explosion nucléaire du parti EELV, l’obscène discours-hommage de Mélenchon au dictateur consumé comme un de ses cigares cubains, discours dont on se demande encore s’il est un sketch assumé ou un repoussoir inconscient pour les dernières personnes encore persuadées que le bilan rouge sang et noir goulag du communisme est juste un problème de très grosse malchance dans la mise en œuvre.

    À ce sujet, l’annonce de la mort de Fidel Castro pourrait être prise par Marine Le Pen comme un déclencheur et un signe du destin. Comme un air d’Internationale anti-capitaliste soufflant dans ses oreilles et révélant le leader Marximo qui s’agite en elle depuis sa dernière campagne présidentielle. Le « contrôle intégral de la fixation des tarifs appliqués aux ménages et aux entreprises dans les secteurs stratégiques (énergie et transports notamment) », la « mise en place d’une Planification Stratégique de la Réindustrialisation directement rattachée au Premier ministre » ou encore la « nationalisation, même partielle et temporaire, des banques de dépôts en difficulté », ce ne sont pas des phrases lancées à la volée médiatique par Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Jean Luc Mélenchon et consorts. Ce sont des éléments constitutifs du programme électoral du Front National, déjà couchés sur le papier aux dernières présidentielles et repris dans l’ébauche de programme 2017 sur lequel, une fois n’est pas coutume, Marine Le Pen a choisi de laisser le voile.

    Depuis 2012, ce sont des mois de campagnes électorales harassantes passés à ratisser sur les terres du peuple ouvrier oublié, des classes sous-classées, des opprimés sans primes ni avantages, à grand renfort de mesures magico-surréalistes et de grossières ficelles démagogiques tendues jusqu’à la rupture mais encore suffisamment solides pour tirer l’électeur égaré sur le chemin hasardeux de la justice sociale imposée.

    Un créneau à occuper à gauche

    Il y a donc un créneau large à occuper à gauche et Marine Le Pen est de ces femmes d’aujourd’hui capables de réussir un créneau. Nous lui conseillons donc d’annoncer sa candidature très crédible à la primaire de gauche et nous attendons avec impatience le croustillant débat télévisuel qui s’ensuivrait sur le modèle de la primaire à droite. Un grand plateau de personnalités représentatives d’une gauche extensible sur tous les bords, colorisée sur une palette infinie de tons et de tontons pour les plus nostalgiques des années 80. Une gauche source d’interminables conflits matrimoniaux pour décider de la garde exclusive des enfants du peuple.

    Source : http://www.contrepoints.org

  • Elections ! Objectif 100 pour le PDF.

    Communiqué du Bureau politique du Parti de la France : élections législatives 2017

    Rédigé le Dimanche 11 Décembre 2016 à 10:06

    Le bureau politique du Parti de la France réuni ce samedi 10 décembre sous la présidence de Carl Lang a officialisé la décision de présenter une centaine de candidats du PdF aux élections législatives de juin 2017.

    L’investiture des 65 premiers candidats a été validée à cette occasion.


    La campagne législative du Parti de la France se fera au nom du peuple français sur les principes et valeurs de la droite nationale, populaire et sociale, de la droite de l’identité française, de la droite des traditions nationales et de nos valeurs européennes et chrétiennes de civilisation, de la droite des libertés économiques de promotion du travail aux Français, de défense de nos entreprises et du patriotisme économique et social.

    En réaffirmant les droits historiques et politiques du peuple français à rester lui-même et à disposer le lui-même, le Parti de la France engage sa campagne de résistance nationale et européenne à la colonisation migratoire et à l’islamisation.

    Le Parti de la France appelle à la coopération, au rassemblement et à l’engagement pour ces élections législatives de toutes les forces nationales et patriotiques.
  • ADHEREZ ou faites un don déductible, c'est maintenant.

    Adhérez ou faites un don déductible au PdF avant la fin de l'année !

    Rédigé le Jeudi 8 Décembre 2016 à 09:34 | 0 commentaire(s)

     

    Il existe un moyen efficace pour décider vous-même de l’affectation de l’essentiel du montant de vos impôts : faire un don ou une adhésion déductibles de vos impôts. Chaque don ou adhésion ouvre la possibilité d’une réduction fiscale de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Il ne vous reste plus que quelques jours avant la fin de l'année !


    2017 sera une année d'élections.
     
    Afin de pouvoir présenter des candidats aux élections législatives, aidez-nous à financer leurs matériels de campagne (affiches, bulletins de vote et professions de foi).

    Le Parti de la France a besoin de votre soutien et de votre engagement afin de poursuivre le nécessaire combat pour la sauvegarde de notre identité et de nos valeurs de civilisation.
     
    Le Parti de la France est le seul parti politique à mener ce combat, sans compromission ni reniement.
    Mais sans ses adhérents et sans dons il n'est rien.


    Voici les modalités à suivre pour toute adhésion ou don avec reçu fiscal: 
     
    Attention les espèces ne donnent pas droit à un reçu fiscal.

    - Chèque à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mand fin du PDF"
    A envoyer : 6, allée des Templiers - F 78 860 Saint Nom La BRETECHE
    - Virement à l'ordre de : "Mme Myriam BAECKEROOT mand fin du PDF" Banque LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou (Déclaration Préfecture des Yvelines le 12/01/09) IBAN : FR46 3000 2004 5300 0069 1807 F22


    Merci de votre soutien.
     
     


     

     

  • FACE à FACE : Carl LANG 5 décembre 2016

    Face à Face