UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BOUTEFLIKA t'es où ? Par le correspondant du POINT.

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».
Par notre correspondant à Genève,
Publié le | Le Point Afrique
<p>,Siskia Ditisheim, présidente d'Avocats sans frontières Suisse a demandé la nomination d’un ou plusieurs curateurs en invoquant l’état de santé de M. Bouteflika.</p>
 

,Siskia Ditisheim, présidente d'Avocats sans frontières Suisse a demandé la nomination d’un ou plusieurs curateurs en invoquant l’état de santé de M. Bouteflika.

© DR
Facebook Twitter Google + Linked In Viadéo Agandir le texte Réduire le texte Imprimer Commenter Envoyer par mail

Le lendemain de l'arrivée d'Abdelaziz Bouteflika en Suisse, une Algérienne s'est rendue au poste de police de Le Mont-sur-Lausanne, une commune du canton de Vaud. Reçue par un inspecteur, elle a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ». Pendant près de deux heures, cette résidente suisse a expliqué qu'elle considérait que le président algérien, en raison de son état de santé, était victime d'un enlèvement et d'une séquestration. Non seulement la police vaudoise a pris très au sérieux cette plainte, mais elle s'est aussitôt entretenue avec un procureur concernant l'ouverture d'une enquête préliminaire.

 

Lire aussi : Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Seulement, voilà, Abdelaziz Bouteflika était attendu à la clinique de Genolier, où il se rend habituellement. L'établissement est situé dans la commune de Genolier, dans le canton de Vaud. Or, le président algérien, en raison d'un état « très précaire », et notamment d'une dégradation de ses réflexes neurologiques, a été transféré aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), dans le canton de Genève. La plainte a donc été transmise à la justice du bout du lac Léman. Mais apparemment, les magistrats genevois se sont hâtés très lentement pour ouvrir une enquête, préférant laisser repartir dimanche 10 mars dans l'après-midi le chef de l'État à bord du Gulfstream 4SP de la République algérienne démocratique et populaire.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel