UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après REINFO, Argumentaire du PDF

 

 

   
 

 
ICIOININIEIXIIIOINI
LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF
directeur de publication : Jean-François Touzé
 

23 avril 2018

 
   
 
   
Marron l’Européen?
 Non ! Macron l'européiste. 
 
Le mardi 17 avril, s’exprimant pour la première fois devant les élus du Parlement européen, Emmanuel Macron a appelé de ses vœux « Une nouvelle souveraineté européenne ».
L’actuel Président de la République se serait-il soudain converti à une conception qui nous est chère, celle d’une Europe indépendante, Europe de la puissance — « rêve des sages et ambition des puissants » selon une expression fameuse — et incarnation d'une vision civilisationnelle ?
Non, bien sûr. La volonté européenne d'Emmanuel Macron est défensive : défense du système techno-structurel de l'Union européenne. Défense de la Commission européenne, défense de l'Europe supranationale, aboulique et translucide, défense de ce qu'il nomme « démocratie européenne » qui n'est en fait que le mode d'asservissement des peuples du Continent.
Défense contre quoi ? Contre la déferlante migratoire ? Contre l'offensive islamiste ? Contre les effets pervers du mondialisme ? Contre les pratiques inamicales des économies protégées que sont aussi bien celles des États-Unis que celle de la Chine ?
Non ! Défense de l’Union européenne contre le « somnambulisme », selon son mot, des eurosceptiques et contre l’ennemi qu'il désigne dans son discours sous le nom de « populisme » pour ne pas prononcer celui de « Droites nationales »
Le Parti de la France défend, lui, l’idée d'une Europe authentiquement souveraine, libérée des dépendances et des alignements, fondée sur la force et la vitalité des nations qui la composent, Europe charnelle et civilisationnelle, consciente de ce qu'elle est, enracinée dans l’histoire, fière de son héritage hellénique et de ses racines chrétiennes qu'il lui appartient de protéger en partenariat avec la Russie que tout rattache à notre conception de l'occident.
   
 
   

@carllang2022 - 13 avril

Nous ne désertons pas le pavé parisien. Une délégation du Parti de la France sera présente à Paris le 1er mai aux côtés de Jean-Marie Le Pen et nous participerons le dimanche 13 mai au défilé traditionnel d'hommage à Jeanne d'Arc organisé par Civitas. Semper fidelis !
 
   

@carllang2022 - 17 avril

70 gendarmes blessés depuis le début des opérations à Notre-Dame des Landes et très peu d'interpellations. Le ministre de l'intérieur est manifestement plus inquiet pour la sécurité des voyous zadistes que pour la sécurité de ses propres forces de l'ordre. Honteux!
 
 
 
 
Affaire Vincent Lambert :
le choix de la vie.
Pour la énième fois, une décision de justice vient d'intervenir ordonnant une nouvelle expertise médicale afin de trancher entre les membres d'une même famille sur le fait de savoir si leur fils, leur frère ou leur époux, plongé dans un état végétatif mais dont de nombreux médecins dont les professeurs éminents qui viennent de publier une tribune dans le Figaro estiment que ses capacités ne sont pas anéanties, doit vivre ou mourir.
Les souffrances des uns comme des autres ne se partagent pas et loin de nous la volonté de donner des leçons.
Mais en tant que formation politique responsable, le Parti de la France, en restant sur le seul plan des valeurs et des principes, ne se place que sur une position unique et définitive : le respect de la vie, de son commencement à son achèvement, ce qui exclut l'euthanasie.
La mobilisation contre le mariage pour tous a montré que, dans une large mesure, le Pays partageait notre inquiétude face aux dérives sociétales. C'est ce qu'Emmanuel Macron a bien compris. Quand il parle aux Catholiques comme il l'a fait devant les évêques de France au collège des Bernardins, c'est avant tout – en même temps que de préparer les esprits à des mesures favorisant l’islam soi-disant de France – pour tenter de désamorcer la colère qui monte devant les atteintes aux principes éternels de la vie.
Au moment où le pouvoir se prépare à lancer une grande offensive dans le domaine des lois dites bioéthiques, avec la surenchère qui ne manquera pas de survenir de la part de la gauche et des associations constructivistes, nous nous référons à l'ordre naturel, ordre naturel qui ne s’oppose en rien à la recherche ni aux avancées médicales et scientifiques, pour refuser et condamner toutes les dérives, en particulier la Gestation pour autrui (GPA) contre laquelle nous serons en première ligne.
 

Conseil national

du PDF

Le 12 mai, à Paris, le Parti de la France tiendra un Conseil National élargi. L’ordre du jour portera principalement sur les questions de formation des cadres, d’organisation du Parti de la France et de notre stratégie pour les échéances électorales à venir. Dans le contexte politique actuel Le Parti de la France a, plus que jamais, pour vocation de devenir la force politique de rassemblement de la droite nationale française.

 
 
 
Albanie et Macédoine dans l’Union Européenne ?
NON !
 
La commission européenne a solennellement, le 17 avril, ouvert grand les portes à d'adhésion de l'Albanie et de la Macédoine à L’UE.
Pays musulman, plaque tournante du crime organisé, premier exportateur de graines de cannabis vers l'Europe, minée par la corruption, le chômage et la violence endémique, l'Albanie dont l’amitié intéressée de ses dirigeants oscille entre les États-Unis et la Turquie serait, à n'en pas douter, une recrue de choix pour tous ceux qui veulent la décomposition totale du continent et l'accélération de sa marche vers le chaos.
Le cas de la Macédoine historiquement hellénique, quoique différent et ne présentant pas les mêmes risques, ne peut être retenu en l’état, du fait de sa situation économique et de sa rivalité avec la Grèce. À noter que si une grande majorité de ses habitants est orthodoxe, une forte minorité musulmane (entre 25 et 30 %) y est très active.
Pour le Parti de la France, l’élargissement d’une Union européenne impotente, incapable de faire face aux enjeux de la mondialisation et de s'opposer au raz de marée des migrants ne peut être envisagé. L'Europe à construire devra être basée sur les piliers de force nationaux et la cohérence interne, historique et spirituelle de ses membres.
 
   
Sondage Paris Match :
intox sur papier glacé…
 
Selon un sondage IFOP publié le 19 avril par l'hebdomadaire Paris Match, si la Présidentielle avait lieu aujourd'hui, Emmanuel Macron triompherait avec 32 % (36 % en cas de candidature Wauquiez crédité de 8 %), soit au moins 9 points de plus que l’année dernière, tandis que Marine Le Pen conserverait sa deuxième place avec 23 % devant Jean-Luc Mélenchon qui reculerait avec 16,5 % des suffrages.
Et chacun de se féliciter et s’auto-célébrer…
Ce sondage relève évidemment de l'intox.
Intox car une élection présidentielle, c’est avant tout une campagne, avec ses acteurs, leur créativité et leurs erreurs, avec les éléments de surprise qui font que rien n'est écrit par avance. Les élections de 2002 et de 2017 en ont suffisamment fait la démonstration.
Intox car, même si l'hebdomadaire feint de ne voir dans cette enquête rien d’autre qu'un « arrêt sur image », il est évident qu'il s’agit là d'une volonté de crédibiliser Macron, ce qui ne peut étonner venant d'un journal qui, à longueur de pages, d'articles et de photos, ne cache qu'avec peine son soutien au locataire de l’Élysée.
Intox car, se voulant sans le dire une projection vers 2022, ce sondage constitue un acte politique vers la réélection d'Emmanuel Macron, en tentant de figer les positions.
Intox car, dans le même sondage, mais item traité avec moins de tambours et trompettes, on apprend que 58 % des personnes interrogées se disent mécontentes de Macron. Vous avez à dit « cohérence » ?
Rien n'est écrit. Rien n'est ossifié. Personne ne peut dire ou en sera la France dans quatre ans. Attentats, émeutes, crise sociale ou internationale peuvent, ce que nous ne souhaitons pas, bouleverser la donne.
Personne ne sait non plus ce qu'il adviendra de Marine Le Pen et de son Rassemblement national, entre déception, hémorragie militante et procédures judiciaires.
Ce que sait le Parti de la France, c’est qu'il doit se tenir prêt à relever le défi lorsque, le jour venu, le grand vent de l’histoire soufflera à nouveau.
Nous le ferons en nous organisant, en étant présent sur le terrain, en renforçant notre communication autour de notre président Carl Lang.
   
 
Loi « Immigration » :
nouveau tour de passe-passe
 
La grande crainte des gouvernements républicains étant la possible cristallisation de la colère populaire face au tsunami migratoire, ils tentent depuis des années, en faisant se succéder lois cosmétiques et mesures d'artifices, de distraire le mécontentement en feignant de s'attaquer aux effets de l'immigration sans pour autant en appréhender les causes ; ce qui, il est vrai, leur serait difficile puisque tout, dans leur philosophie et leur vision de l’humanité, va dans le sens de l’immigrationnisme tandis que la peur des associations et des lobbies les paralysent.
La loi Collomb qui vient d’être débattue à l’assemblée en première lecture n’échappe pas à cette supercherie.
Loin de réduire les conditions de la déferlante, elle est, en effet, de nature à en aggraver la portée et à en accélérer encore et encore l’intensité tandis que, en catimini, le gouvernement, comme l'a reconnu le ministre de l’Intérieur auprès d'élus de gauche, se prépare à régulariser un grand nombre de clandestins.
Quatre mesures phares dans cette loi :
  1. La réduction des délais de cent vingt jours à quatre-vingt-dix pour l’étude des dossiers de droit d'asile par une procédure accélérée. Censée faciliter les conditions d’expulsion des demandeurs déboutés, elle aura, de fait, un effet d’aspiration supplémentaire de candidats à l'immigration à qui les passeurs représenteront qu'en France, les dossiers vont vite et que l'asile en est facilité.
  2. Le passage de 45 à 90 jours de la durée de rétention des clandestins. Présentée comme un volet éminemment répressif de la loi et combattue comme tel par la gauche et l’extrême gauche, cette mesure est dérisoire. Il faut savoir, à titre de comparaison, que la durée de rétention est en Allemagne de quinze mois, et qu'elle est illimitée en Grande Bretagne.
  3. Le regroupement familial autour des mineurs bénéficiant du droit d'asile, non seulement ne sera pas supprimé pour ce qui concerne les ascendants, mais sera étendu aux frères et aux sœurs et pourquoi pas, les amendements jouant, aux oncles, aux tantes, aux cousins, notions parfois très larges et souvent invérifiables dans la plupart des pays d'origine. C'est donc bien une nouvelle filière d'immigration par les « mineurs » que crée la loi Collomb, voulue par Emmanuel Macron et défendue par l'actuelle majorité.
  4. L'assouplissement du délit fit de solidarité qui vise celles et ceux qui aident les clandestins à entrer dans notre pays. Un assouplissement qui ne peut que réjouir les passeurs.
Le Parti de la France se prononce pour l'immigration zéro par l’arrêt de toutes les pompes aspirantes, le contrôle drastique de nos frontières nationales et européennes, la suppression du regroupement familial, la réforme du code de la nationalité, l'abandon du droit du sol, l’expulsion des clandestins et des délinquants étrangers, la reconquête des pans perdus du territoire français et la mise en œuvre d'une politique cohérente de rémigration.
 
 
       
 

Réinfo, le magazine d'information

 

@carllang2022

 

@lepartidelafrancecompteofficiel

 
  Le journal télévisé du PdF
présentée par Sylvie Collet
  Pour suivre Carl Lang,
le Président du PDF, sur twitter
  Pour suivre le Parti de la France sur FaceBook  
     

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel