UA-64751344-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SLABO - Page 2

  • Puisqu'on vous le dit !

    C'est pourtant une évidence...sauf, évidemment, pour les tenants de la pensée dominante

    57589749_2305363026406017_4030471248428400640_n.jpg

  • CONNEXION 29 avril 2019

       
     

     
    ICIOININIEIXIIIOINI
    LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF
    directeur de publication : Jean-François Touzé
     

    29 avril 2019

     
       
     
     
       
     
    Paris - 11 mai 2019
    Banquet des 10 ans du Parti de la France
     
    Samedi 11 mai, le Parti de la France célébrera ses 10 ans d'existence au cours d'un grand banquet dans un prestigieux restaurant du Paris historique.
    Lors de ce déjeuner et à l’issue, des personnalités qui ont contribué à la fondation et au développement
    de notre mouvement prendront la parole.
    Afin que le maximum de militants et de sympathisants du Parti de la France puisse participer à cet événement, le tarif est fixé à 20 € par personne, le PdF prenant le reste à sa charge.
    Les informations sur le lieu et la liste des personnalités présentes à ce banquet seront transmises aux participants inscrits.
     
    ATTENTION. Il reste moins d’une dizaine de places : il est impératif de réserver pour être sûr de pouvoir participer à ce banquet. Réservation et règlement à retourner à : Mme Myriam Baeckeroot - PdF - Banquet des 10 ans. 6, allée des Templiers. F 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche.
    Renseignements au 06 38 73 25 61 ou par email : 10ans@parti-de-la-france.fr
     
    Macron aux Français : 
    « Je ne vous ai pas compris »…
     
     
     
    « Much ado about nothing » aurait dit Shakespeare. « Beaucoup de bruit pour rien », en effet.
    Pour nous autres, Français, la conférence de presse d'Emmanuel Macron, jeudi soir, pourrait être l’occasion de former un nouveau proverbe populaire : à grand minuscule débat, petites réponses dérisoires.
    Comment Macron qui connaissait pourtant les enjeux après cinq mois de mouvement des Gilets jaunes, a-t-il pu, au cours de cette interminable intervention qui se voulait gaullienne et ne fut que bavarde et bonimenteuse, se contenter de ces demi-annonces hasardeuses et vides de toute portée ? Des mesurettes incertaines payées en monnaie de singe ; des baisses fiscales en trompe-l’œil, non précisées et non financées ; des promesses démagogiques en viager d'une démocratie d'apparence ; un inutile cautère sur la jambe fracturée de la cohésion territoriale ; sans parler du coup de pouce démago pour les familles monoparentales ou la création surréaliste à l’échelon national d'un conseil de défense écologique, sans doute destiné à barrer la route aux supposées menaces climatiques comme le fit en 1986 Alain Carignon, alors ministre de l'environnement, en stoppant à nos frontières le nuage nucléaire venu du Tchernobyl.
    En lieu et place d'une conférence de presse présidentielle, c'est, en effet, à la revue promotionnelle d'un catalogue d'annonces printanières que s'est livré le 25 avril un Emmanuel Macron plus illusionniste et mystificateur que jamais.
    • Réindexation sur l'inflation des retraites inférieures à 2000 euros mensuels ? Tant mieux pour ceux qui en bénéficieront (en janvier prochain seulement), mais nous sommes en présence d'une simple mesure rectificative d'une décision inepte, au demeurant retoquée par le Conseil constitutionnel, et surtout d'une mesure d'artifice qui laissera les autres retraités moins défavorisés mais nullement riches pour autant en situation de spoliation puisque leurs pensions se verront toujours érodées par la hausse mécanique des prix au moins jusqu'en 2021.
    • Baisse de l'impôt sur le revenu à hauteur de cinq milliards ? Qui en bénéficiera ? Quelles tranches ? Quelle progressivité ? Quand ? Et la TVA qui touche tous les Français de la même façon y compris pour les produits de première nécessité, contrairement à l'ISR auquel plus de 50 % des foyers ne sont pas assujettis ? Et les taxes, en particulier la taxe carbone qui n'a été supprimée que « pour l’année » ? Le tout compensé par quelles économies dans le fonctionnement de l'État alors que la prévision de suppression de 120 000 postes de fonctionnaires est abandonnée (on sait que les dépenses de personnels représentent un quart des dépenses de l'État) ? Par quelles réductions des dépenses publiques alors que les pistes sérieuses qui devraient être empruntées mais nécessiteraient courage et détermination (sur le coût de l'immigration, sur les transferts à l'Union européenne, sur la suppression d'un échelon local, sur la disparition de conseils ou de comités inutiles) ne sauraient être envisagées par un pouvoir faible, lâche et clientéliste ? Le gouvernement table donc sur un financement par la suppression de certaines niches fiscales dont bénéficient les entreprises. Lesquelles ? Elles ne sont plus si nombreuses et si les petites et moyennes entreprises devaient être impactées cela entraînerait fatalement une réaction en chaîne à effet rétractif sur l'emploi. Reste le financement par le déficit, éternelle tentation des régimes impuissants en période de faible inflation et de taux d’intérêt bas, mais pari risqué qui se paiera le jour où la situation changera.
    • Faire travailler davantage les Français ? Peut-être, mais comment, dès lors que l'on s'interdit de toucher au temps hebdomadaire, aux jours fériés ou à l'âge de départ à la retraite ? Et quelle étrange réponse au désarroi d'un peuple qui n'en peut mais.
    • Relancer une politique familiale ambitieuse ? Cela est passé inaperçu, mais Emmanuel Macron à bien évoqué la question démographique et parlé de la famille comme d'une « permanence » de la société. Prenons-le au mot. Nous attendons donc logiquement de lui qu'il s'engage sur un plan volontariste. En commençant par abroger la loi sur le mariage homosexuel, en mettant en œuvre les moyens d'une natalité française dynamique, en interrompant la préparation du projet de loi sur la procréation médicalement assistée sans père, en interdisant définitivement toute possibilité de recours à la GPA, en condamnant les dérives de la loi Veil sur l'IVG, en favorisant l'accès au logement pour les familles françaises et en leur réservant les droits aux allocations, en muselant les lobbies LGBT et les viragos féministes, et en virant immédiatement de son gouvernement Madame Schiappa…
    • Supprimer l'ENA pour la remplacer par une école « qui fonctionne mieux » ? Traduire « sur le modèle de la refondation de Sciences Po il y a quelques années afin d'en permettre l'entrée à la diversité ». Ce sera l'ENA… En pire.
    • Tenue d'une conférence sociale et environnementale ? Autrement dit, quand un débat se termine (qui aura tout de même coûté douze millions d’euros pour apprendre que les Français voulaient moins d'impôts, plus de pouvoir d'achat, moins de mépris de caste…), on remet une pièce dans la machine à logorrhée.
    • Maintien des services publics ? Promesses de ne fermer ni écoles ni hôpitaux sans l'avis du maire sur les épaules duquel l'État se propose de se dégager de ses propres responsabilités. Mais quid des fermetures de classes et de services, en premier lieu les maternités ? Le diable est toujours dans le détail. Il est aussi dans le non-dit. Tartufferie macronnienne.
    • Réduction de la fracture territoriale ? Un nouvel acte de la décentralisation serait certes nécessaire mais, dès lors que le pouvoir s'interdit de toucher à la superposition aberrante des différentes strates administratives et politiques (régions, départements, métropoles, communes et communautés de communes), aucune nouvelle étape d'une vraie respiration nationale par les territoires ne peut être atteinte.
    • Réforme constitutionnelle ? La réduction du nombre de parlementaires, l’introduction d'une dose non précisée de proportionnelle aux élections législatives, le recours de circonstance à la démocratie directe par injonction homéopathique de référendum local ou d'initiative partagée, et le tirage au sort de citoyens pour leur permettre de participer aux travaux oiseux du très inutile Conseil économique social et environnemental ne sont à l’évidence de nature ni à déverrouiller le Système ni à rendre au peuple une parole depuis longtemps confisquée.
    • Contrôle de l'immigration ? Le seul mot de contrôle en dit long sur le sérieux et la dimension de l'intention tout comme les énièmes velléités de réforme de Schengen, l'instauration d'un débat (un de plus) au Parlement chaque année, ou les promesses sempiternelles de reconquête « républicaine » des cités et celles d’être « intraitable avec l'islam politique ». Macron a compris qu'il lui fallait parler d'immigration et d'Islam. Mais sa « détermination » s’arrêtera aux mots et à l’habituelle pratique incantatoire.
    Rien sur le pouvoir d'achat ni sur le chômage, préoccupations majeures des Français, si ce n’est la reconduction pour une année de la prime exceptionnelle défiscalisée versée par les entreprises qui le peuvent au prix souvent d'efforts considérables, et la confirmation d'une nouvelle réforme de Pôle emploi que personne ne réclame.
    Au vrai, un Chef d'État digne de ce nom ne traite pas des applications techniques de mesures catégorielles. Il ne s'en remet pas aux résultats supposés de tel ou tel débat ou aux travaux de telle ou telle conférence sociale. Il montre la voie et engage la Nation sur la voie nécessaire à l'accomplissement de son destin, dans la préservation des intérêts de chacun de ses enfants.
    On le voit : le « Je vous ai compris » de 2019 relève du même cynisme et de la même imposture que celui de 1958.
    « Trop d’impôts, trop d’immigrés, trop d’insécurité, trop d'iniquité sociale, trop de repentance, trop de faiblesse d'État, trop d'oubli de soi-même et de recul civilisationnel, voilà le cri de la France profonde ». Voilà ce à quoi les Français auraient aimé entendre des réponses.
    Mais il n'y a pas pire sourd qu'un Président qui ne veut pas entendre. Il n'y a pas pire muet que celui qui croit devoir parler des heures pour dissimuler le fait qu'il ne pense rien, ne voit rien et n'a donc, au final, rien à dire.
    Il n'y a pas pire impuissant que celui qui prétend agir le matin, en parle le midi et en rêve la nuit avant de recommencer le lendemain dans une procrastination sans fin.
     
       

    @carllang2022
    Avec la Cathédrale Notre Dame de Paris, c'est notre France qui brûle. Nous sommes blessés au cœur. Qu'elle immense tristesse… (15/04/2019)
     
     
     
    Suppression de l'ENA :          
    un objectif peut en cacher un autre.
     
    Emmanuel Macron a donc confirmé au cours de sa conférence de presse sa décision de supprimer l'ENA
    Pourquoi pas, s'il s'agit d'en finir avec le clanisme que l'on sait, l'enfermement technocratique et l'entre soi, source de copinage et de gestion cooptative des carrières que la Droite nationale n'a cessé de dénoncer depuis des décennies.
    Mais faire de cette école conçue à sa création pour former les serviteurs de l'État, la responsable de tous les maux de la politique et de l'administration françaises, c'est confondre la cause et les effets.
    L’effondrement du sens de l'État de nos prétendues élites et l'abdication de leur foi nationale au profit du mondialisme, voilà l'agent pathogène introduit depuis des décennies dans le corps de la Nation.
    Remplacer l'École Nationale d'Administration par une autre structure de même type habitée de la même déréliction spirituelle et du même abandon patriotique ne changera donc rien.
    Le Parti de la France considère qu'une école des cadres de l'administration constituerait un outil majeur pour le bien public au cœur d'un État national. À trois conditions.
    • Que ses élèves soient formés au seul service de la Nation, en excluant toute dérive pro business, toute possibilité de pantouflage dans le privé.
    • Que tout haut fonctionnaire élu à un mandat politique ou nommé au gouvernement soit dans l'obligation de renoncer à son statut et de démissionner de la fonction publique.
    • Que soit mis fin à la toute-puissance des Grands corps de l'État quel que soit le nom qu'ils porteront demain.
    • Que le politique reprenne le pas sur l'administration en imposant ses choix et en veillant à l'application rapide des décisions.
    Mais, au-delà de la simple démagogie, la volonté de Macron de supprimer l'ENA a un tout autre but. Il s'agit en réalité de permettre une refondation sur le modèle de celle menée à Sciences Po il y a quelques années par son sulfureux directeur Richard Descoings dont la mort à New York dans des conditions les plus glauques, fit la une des gazettes. Objectif : permettre l'entrée massive au sein de l'École de la « diversité » en en ouvrant tout grand les portes aux populations des cités.
    La nouvelle école d'administration sera donc comme sa cousine de la rue Saint Dominique l'est devenue, un tiers bobo, un tiers gauchiste et un tiers allogène.
    C'est bien là l'intention de Macron. Une forme de Grand remplacement au sein de la Haute administration encore française.
     
     
    Notre Dame :     
    Reconstruction ? Non… RESTAURATION !
     
     
    Celui qui, le lundi 15 avril au soir, n'a pas eu les larmes aux yeux et la rage au ventre en regardant brûler Notre Dame de Paris, n'est pas Français.
    Ce n'est pas, en effet, un simple monument et un site touristique qui brûlaient, mais un des cœurs sacrés de notre Histoire, tabernacle de notre foi chrétienne, de notre spiritualité civilisationnelle et de notre existence nationale.
    Vint ensuite le temps des polémiques.
    Polémique sur les causes de l'incendie qui ne sauraient bien sur en aucun cas être autre chose qu'accidentelles.
    Polémiques sur les dons consentis en vue des immenses travaux à venir par des milliardaires français comme si détenir les plus grandes fortunes du Pays tout en étant catholique les disqualifiait. La haine socialisante des riches est aussi antinationale que le mépris envers les plus déshérités.
    Polémique enfin sur les conditions de la reconstruction de Notre Dame de Paris.
    À ce terme de reconstruction nous préférons celui de restauration. Car il est bien évident que celle-ci doit se faire "à l'identique", c’est-à-dire dans le respect des formes, des mesures et des équilibres qui participent à son Mystère, sans pour autant se priver de l'emploi des techniques et des matériaux les plus modernes de notre temps, comme le firent eux-mêmes les architectes et les compagnons des douzième et treizième siècles, habités de la haute conception qu'ils avaient de leur devoir de bâtisseurs spirituels.
    Une Cathédrale n'est pas un musée. Elle n'est pas un symbole laïc. Elle n'est pas un enjeu économique. Elle est le lieu vivant et sacré de la prière, de la Communion et du règne du Christ.
    Nul besoin pour cela d'une loi exonérant l'État de recourir aux procédures légales et communes. Nul besoin d'un concours international d'architectes qui ouvrirait la porte aux tentatives hasardeuses de contemporanéiser les travaux, peut-être même de les orientaliser… Nul besoin des idées fumeuses de Macron qui se verrait bien y placer sa patte pour la postérité.
    La France a ses architectes nationaux, ses spécialistes de l'art et du patrimoine français, ses métiers et ses compagnons qui sauront, en usant des nombres sacrés et des exigences de la Tradition, mais aussi des moyens positifs d'aujourd'hui, restituer en cinq ans, dix ans ou quinze ans, ce que leurs anciens ont bâti en deux siècles, y compris la flèche initiale et authentique sans les étrangetés de celle de Viollet le Duc.
    Quant à l'usage qui sera fait de l'argent restant des dons (plus d'un milliard d’euros récoltés en quelques jours), qui, compte tenu de l’évaluation du coût des travaux qui ne devrait pas excéder six cents millions, nous devrons être vigilants et exiger une totale transparence, un certain nombre d’associations et de personnalités demandant déjà que les importants reliquats soient répartis pour la rénovation ou la construction de lieux de culte, toute religion confondue.
    Ce serait inacceptable.
    Cet argent est catholique. Il doit être utilisé pour l'entretien des églises catholiques qui se meurent sur tout le territoire, singulièrement à Paris où beaucoup d'entre elles sont laissées à l'abandon tant par l'État que par la municipalité.
    Le Parti de la France y veillera.
     
           
     

    Réinfo, le magazine d'information

     

    @carllang2022

     

    @lepartidelafrancecompteofficiel

     
      Le journal télévisé du PdF
    présentée par Sylvie Collet
      Pour suivre Carl Lang,
    le Président du PDF, sur twitter
      Pour suivre le Parti de la France sur FaceBook  
         
  • Cervelle de moineau !

     

    Nathalie Loiseau serait amnésique. C'est plutôt inquiétant pour son avenir...

    2019-04-04t210244z_626628841_rc1551e79310_rtrmadp_3_eu-election-france-debate_0.jpg

    Roland Hélie

    Directeur de Synthèse nationale

    Mais non Nathalie, il n'y a aucune honte à avoir été candidate de l'Union des étudiants de droite lorsque tu sévissais à Science-Po*. En revanche, ce qui est honteux c'est de vouloir faire croire que tu ignorais la nature de ton engagement d'alors.

    Pourtant, "Union des étudiants des droites", c'était difficile d'être plus clair... De l'UNI au GUD, en passant par quelques militants de l'œuvre française, tout ce que la vénérable école comptait d'anti-communistes et de nationalistes se retrouvait dans ce syndicat. Alors, toi qui était en quatrième année, tu ne savais donc pas de ce dont il s'agissait ? Laisse-nous rire aux éclats.

    Il est vrai qu'à cette époque, pour contrer l'omniprésence des gauchistes de toutes obédiences dans l'Université, les nationalistes n'hésitèrent pas, parfois, à ruser. Il y eu ainsi une Fédération des étudiants de Picardie, une Union des étudiants d'Alsace, un Renouveau étudiant à Bordeaux... des appellations imaginatives qui pouvaient, admettons-le, amener l'étudiant moyen à s'interroger sur le positionnement politique de ces syndicats locaux. Mais, avec l'"Union des étudiants des droites"... il ne pouvait pas y avoir de tromperie sur la marchandise.

    Ton attitude face aux "révélations" de Mediapart est vraiment déplorable. De deux choses l'une, soit tu es idiote et inculte, ce que nous n'osons pas imaginer ; soit le milieu que tu fréquentes maintenant, LREM en l'occurrence, est tellement sectaire et fanatique que tu ne trouves rien de mieux que d'invoquer ta crédulité de jeune fille effarouchée pour te défendre. Ce n'est pas très courageux...

    Et le plus grave, c'est que maintenant tu voudrais t'imposer comme le rempart face à "l'extrême droite". Décidément, tu n'arrêtes pas de nous faire rigoler, Nathalie. Une chose est sûre, c'est que si tu as fréquenté les nationalistes dans ta jeunesse, tu n'as rien retenu de l'éthique qui anime leur idéal. Le reniement est l'apanage des poltrons démocrates, pas celui des "fachos".

    Depuis le début de la Ve République, nombre d'élus, voire de ministres, firent leurs premières classes dans la mouvance nationaliste. Face à l'adversité, reconnaissons-le, peu renièrent leurs engagements d'antan (après tout, on a le droit de changer d'idées) et, parmi eux, certains firent même de brillantes carrières. Néanmoins, quelques uns se crurent obligés, lorsqu'ils se virent débusqués par les petits flics de la pensée dominante, de cracher sur leur passé. Ces méprisables personnages sont vite tombés dans les oubliettes de l'Histoire... et c'est sans doute mieux ainsi.

    Nathalie, avec ta liste LREM, tu as la prétention de défendre les intérêts de la France dans l'Union européennes. Permet-nous de te dire que, vue ton attitude aujourd'hui, on a de bonnes raisons d'être inquiets pour demain... Mais, rassure-toi, que tu ai été membre de l'UED ou non, cela n'a pas vraiment d'importance car nous n'avions aucunement l'intention de voter pour toi...

    * Si je te tutoie dans cet article, c'est parce que dans la mouvance nationaliste, hier comme aujourd'hui, tout le monde se tutoie. Ainsi, tu vois bien que nous ne sommes pas rancuniers.

  • BP du samedi 13 avril 2019

    Réuni à Boulogne Billancourt le samedi 13 avril, le Bureau politique du Parti de la France a consacré l’essentiel de ses travaux à la situation politique dramatique que traverse la France et à la stratégie que le PDF doit mettre en œuvre, tant sur le plan organisationnel et militant que dans le domaine électoral, pour y apporter les réponses que le Pays attend.

    Une large partie de cette réunion centrée à la fois sur la réflexion globale et sur les moyens opérationnels et tactiques à mettre en œuvre, a été réservée à la campagne pour les élections européennes du 26 mai prochain, campagne à laquelle, faute de disposer des moyens financiers suffisants, le PDF a renoncé à participer.

    Notre Président, Carl Lang, qui a tracé devant le Bureau un historique complet des nombreux contacts et entretiens politiques qu'il a pu avoir dans le cadre de la préparation de ces élections, précisera la position du Parti quant au scrutin du 26 mai, et les choix politiques retenus, lors du discours qu'il prononcera le samedi 11 mai à Paris, à l'occasion du grand banquet/évènement au cours duquel nous fêterons les dix ans d'existence du PDF.

    La perspective des élections municipales de l’année prochaine à également fait l’objet d'une étude attentive des membres de la direction du Parti.

    Ces élections qui se dérouleront en mars 2020 revêtiront, en effet, une importance toute particulière à mi-chemin de la Présidentielle de 2017 et de celle de 2022.

    Le PDF y travaille déjà dans une optique locale d'entente municipale des droites nationales et de convictions.

  • ALGERIE (suite, et pas fin)

    Algérie : la prudence reste de mise

    Abdelaziz Bouteflika painted portrait _DDC3057 By: thierry ehrmann - CC BY 2.0

    El Watan a raison de titrer « La dernière ruse de Bouteflika ».

    Dans une démocratie normale, ce sont d’autres candidats qui se seraient présentés et les élections auraient eu lieu.

     

    Par Jean-Baptiste Noé.

    Les réactions en France à l’annonce du président Bouteflika sur sa renonciation à un cinquième mandat montrent que beaucoup n’ont pas compris ce qui se passait dans le monde arabe.

     

    Cela semble rejouer les printemps arabes de 2011, qui ont connu les succès que l’on sait.

    Comme si l’instauration de la démocratie était la baguette magique qui allait résoudre tous les problèmes.

    En Algérie, la prudence reste de mise. Le clan Bouteflika a annoncé que celui-ci renonçait à se présenter, dans une formule audacieuse et menteuse : « Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi […] » alors même qu’il avait annoncé sa nouvelle candidature.

    l ne se représente pas, mais les élections sont annulées et reportées sine die.

    Ce qui signifie que son mandat va se prolonger au-delà du 28 avril 2019, probablement jusqu’au début de l’année 2020, le temps que se réunisse la « Conférence nationale inclusive et indépendante » et qu’elle propose des modifications à la constitution.

    El Watan a raison de titrer « La dernière ruse de Bouteflika ».

    Dans une démocratie normale, ce sont d’autres candidats qui se seraient présentés et les élections auraient eu lieu.

     

  • BOUTEFLIKA t'es où ? Par le correspondant du POINT.

    Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

    La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».
    Par notre correspondant à Genève,
    Publié le | Le Point Afrique
    <p>,Siskia Ditisheim, présidente d'Avocats sans frontières Suisse a demandé la nomination d’un ou plusieurs curateurs en invoquant l’état de santé de M. Bouteflika.</p>
     

    ,Siskia Ditisheim, présidente d'Avocats sans frontières Suisse a demandé la nomination d’un ou plusieurs curateurs en invoquant l’état de santé de M. Bouteflika.

    © DR
    Facebook Twitter Google + Linked In Viadéo Agandir le texte Réduire le texte Imprimer Commenter Envoyer par mail

    Le lendemain de l'arrivée d'Abdelaziz Bouteflika en Suisse, une Algérienne s'est rendue au poste de police de Le Mont-sur-Lausanne, une commune du canton de Vaud. Reçue par un inspecteur, elle a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ». Pendant près de deux heures, cette résidente suisse a expliqué qu'elle considérait que le président algérien, en raison de son état de santé, était victime d'un enlèvement et d'une séquestration. Non seulement la police vaudoise a pris très au sérieux cette plainte, mais elle s'est aussitôt entretenue avec un procureur concernant l'ouverture d'une enquête préliminaire.

     

    Lire aussi : Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

    Seulement, voilà, Abdelaziz Bouteflika était attendu à la clinique de Genolier, où il se rend habituellement. L'établissement est situé dans la commune de Genolier, dans le canton de Vaud. Or, le président algérien, en raison d'un état « très précaire », et notamment d'une dégradation de ses réflexes neurologiques, a été transféré aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), dans le canton de Genève. La plainte a donc été transmise à la justice du bout du lac Léman. Mais apparemment, les magistrats genevois se sont hâtés très lentement pour ouvrir une enquête, préférant laisser repartir dimanche 10 mars dans l'après-midi le chef de l'État à bord du Gulfstream 4SP de la République algérienne démocratique et populaire.

  • Le samedi 11 mai 2019, le PDF fête ses 10 ans.

    Samedi 11 mai, le Parti de la France célébrera ses 10 ans d'existence au cours d'un grand banquet dans un prestigieux restaurant du Paris historique.

      
     Tout au long de la journée, des personnalités qui ont contribué à la fondation et au développement de notre mouvement prendront la parole.

    Afin que le maximum de militants et de sympathisants du Parti de la France puisse participer à cet événement, le tarif est fixé à 20 € par personne, le PdF prenant le reste à sa charge.

    Vous pouvez dès maintenant envoyer votre réservation accompagnée de votre règlement par chèque (à l'ordre de Myriam BAECKEROOT) à cette adresse : PdF - Banquet des 10 ans - 6, allée des Templiers - 78 860 Saint-Nom-La-Bretèche

    Renseignements au 06.38.73.25.61 ou 10ans@parti-de-la-france.fr

  • Parent 1 ? Parent 2 ? C'est quoi ce B....l !

    LMPT a inviteé Kelly, mère porteuse américaine, aà venir s'exprimer devant les Français
    Tollé unanime suite aux propos de Marlène Schiappa

    Mercredi 20 février, Marlène Schiappa a évoqué, dans les colonnes de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, une prétendue « convergence idéologique » entre La Manif Pour Tous et les terroristes islamistes.
    Face à cet amalgame stupéfiant, La Manif Pour Tous a aussitôt demandé des excuses publiques de la Secrétaire d'Etat :

    Communiqué

     

    En dépit du tollé unanime, Marlène Schiappa a réitéré ses propos dans d'autres interviews, conduisant alors nombre de Français à réclamer sa démission.
    A l'heure où nous écrivons, nous sommes sur le point de déposer plainte auprès de la Cour de justice de la République à l'encontre de la Secrétaire d'Etat.

    Pour suivre les réactions et les événements à ce sujet :

    lamanifpourtous.fr

     
    Remplacer « père » et « mère » par « parent 1 et 2 »

    Le 12 février, la député LREM Valérie Petit propose de profiter du projet de loi « école de la confiance » pour supprimer les mentions « père » et « mère » des formulaires scolaires au profit de « parent 1 » et « parent 2 ». Avec elle, sa collègue Jennifer De Temmerman considère qu' « un père et une mère » constituent « des cases figées » qui correspondent à « des modèles sociaux et familiaux un peu dépassés » :

    Video
    https://tinyurl.com/y38gw6bl

    Cet amendement est voté le jour même par les députés LREM. A ce stade, il s'agit de la 1ère lecture du projet de loi (il doit ensuite passer au Sénat puis revenir devant l'Assemblée nationale).

     
    La Manif Pour Tous monte au créneau

    Parce qu’elle suit toujours attentivement les débats parlementaires, La Manif Pour Tous alerte aussitôt sur les réseaux sociaux et par voie de communiqué de presse :

    Communiqué

    Une tribune signée de Ludovine de La Rochère et Albéric Dumont, respectivement Présidente et vice-président de La Manif Pour Tous, est publiée sur FigaroVox :

    Tribune

    Tribune


    Les représentants du mouvement participent à de nombreux débats TV et radios, dans les matinales de RTL et LCI, sur RMC, C-News, Sud Radio... :

    Video
    http://tinyurl.com/yyndqd8d

    Video
    https://tinyurl.com/y2yahf8c

    Video
    https://tinyurl.com/yxj23ztq

    Machine arrière

    Au bout de trois jours, les députés LREM semblent faire machine arrière.

    Article Le Parisien
    https://tinyurl.com/y6tsxsx6
    Et bien sûr La Manif Pour Tous veille sur la suite
  • Rien de nouveau, c'était en 2008, plus de 10 ans

    Qui a peur du loup, qui est ce loup ?

    Le loup c'est celui qui détruit de l'intérieur le Mouvement National.

    Le loup c'est celui qui trahit la cause nationale pour un plat de lentilles.

    Le loup c'est le donneur de leçons qui joue au yoyo.

    Le loup n'a aucune morale politique.

    Le loup c'est celui qui fuit les responsabilités.

    Le loup c'est celui qui profite de son soi-disant entregent pour exiger que TOUS les autres soient à sa dévotion.

    Si ce loup avait gagné, que n'aurions nous entendu.

    Mais quand même, mobiliser à son profit exclusif TOUS les cadres de deux département, c'est certainement les prendre pour de zozos, pour des guignols exploitables et corvéables à merci.

    Je sais de quoi je parle, nos amis militants du Hainaut n'ont pas échappé à la coupe sombre, à l'instar du chargé de mission pour le Hainaut qui figure sur toutes le photos, dans tous les reportages, et au premier rang.

    Le loup, c'est celui qui assène des soi-disant vérités, du style "plus de xx militants gonflés à bloc", et il sont où ces militants qui devaient casser la "baraque", sur 18 cantons, seulement 6 ont été candidats aux cantonales, deux n'ont même pas pu permettre aux électeurs nationaux de se prononcer, faute de bulletins et de circulaires.

    Depuis les cantonales de 1985, jamais cette situation désastreuse ne s'est produite. Tout le reste n'est que baratin. 

    Un chef ce n'est pas un loup, c'est quelqu'un qui se sacrifie pour les autres, au détriment de ses intérêts électoraux personnels.

    Le loup c'est celui qui va réfléchir à son avenir personnel, se justifier et comment payer la note.

    Le loup ne peut être que la victime, non consentante, du  courroux des militants de la cause nationale.

    Pour ma part, je ne quitte pas le navire, je souhaite de nouveau m'investir dans mon "HAINAUT", si la direction actuelle du FN le souhaite, j'espère et je crois au sursaut de nos idées.

    Je reste fidèle à celui qui a su galvaniser les militants du Nord Pas de Calais

    Dominique SLABOLEPSZY 

     

  • REINFO 18 février 2019

    Réinfo, le JT du PdF

  • Pourquoi Médiapart ?

    Le régime veut-il faire taire Mediapart ?

    Le régime veut-il faire taire Mediapart ?

    Deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner ce matin, à 11h10, les locaux de Mediapart dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet pour (notamment) atteinte à la vie privée de M.Benalla suite aux révélations de la semaine dernière. Cette enquête, qui vise les enregistrements révélés par Mediapart, est susceptible d’atteindre le secret des sources du journal. C’est pourquoi celui-ci a refusé cette perquisition.

    Cette affaire soulève plusieurs interrogations, qui devraient interpeller le régime :

    • Les informations révélées la semaine dernière et appuyées par des enregistrements n’ont pas fait l’objet de démenti.
    • Le parquet perquisitionne Mediapart pour atteinte à la vie privée mais ne requiert pas la révocation du contrôle judiciaire d’Alexandre Benalla. C’est une incroyable soumission du Ministère Public au pouvoir politique.
    • Un journaliste révèle que ni Alexandre Benalla ni Vincent Crase n’ont porté plainte. Le parquet a ouvert cette enquête sur la base d’éléments transmis au parquet. Par qui ? Le parquet de Paris est soumis hiérarchiquement au pouvoir exécutif…

    Macron sombre petit à petit dans la dictature…

  • Au sujet des gillets jaunes, notre soutien réel.

    Face à face

  • REINFO 20 janvier 2019



     
    Dimanche 20 Janvier 2019
    20:57
     
  • La voix des français

     
    Samedi 12 Janvier 2019
    17:34
     

     

  • Circulez ! il n'y a rien à voir.

    « Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort » : Macron suggère que les Gilets jaunes sont des fainéants !

    11 Janvier 2019, 19:21pm

    Publié par Thomas Joly

    Trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, ce qui explique en partie les « troubles » que connaît le pays, a déploré vendredi Emmanuel Macron, sans évoquer directement la crise des « Gilets jaunes ».

    A la veille d’une nouvelle journée de manifestations, le chef de l’État a fait l’éloge du travail en recevant des boulangers à l’Élysée, en soulignant les réformes menées dans ce domaine depuis le début de son quinquennat, notamment sur l’apprentissage, et celle à venir de l’assurance chômage.

    « Notre jeunesse a besoin qu’on lui enseigne un métier, des gestes, des savoirs, le sens de l’effort et le sens de cet engagement qui fait qu’on n’a rien dans la vie s’il n’y a pas cet effort », a-t-il déclaré.

    « Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (…) il y a des devoirs. »

    S’il n’y a pas ce sens de l’effort, « notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion », a-t-il poursuivi.

    Source : http://breizatao.com

  • Halte à la fraude, toutes les fraudes !

    Comme je l'ai expliqué à de nombreuses reprises, quand on veut, on peut. C'est valable pour toutes les fraudes.

    Il existerait 1,8 million de numéros de sécurité sociale attribués à des étrangers à partir de faux documents

    20 Décembre 2018, 06:17am

    Publié par Thomas Joly

    A l’heure où les gilets jaunes manifestent dans les rues contre la pression fiscale, Charles Prats, un magistrat spécialiste de la fraude, travaillant au ministère des finances sous la présidence de Nicolas Sarkozy, affirme qu’il existe en France 1,8 million de numéros de sécurité sociale attribués probablement sur la base de faux documents.

    Une fraude de 14 milliards d’euros ?

    « Si on coupe ce robinet, c’est de l’argent économisé immédiatement » dit-il. Son chiffrage aboutit même à la somme de 14 milliards d’euros. Il s’est exprimé le 14 décembre sur Europe 1.

    La sénatrice Nathalie Goulet, membre du groupe Union Centriste, secrétaire de la commission des Finances,  a réagi à ses propos en indiquant qu’elle venait de faire voter un amendement demandant au gouvernement de rendre un rapport dans les 6 mois sur cette situation.

    La fraude proviendrait de la création des numéros de sécurité sociale pour les personnes nées à l’étranger. Pour les Français nés à l’étranger et les étrangers venant travailler en France, il est créé un numéro de sécurité sociale appelé NIRPP, numéro d’identification au répertoire des personnes physiques, en simplifiant le NIR.

    La clé d’identité pour entrer dans le système de protection sociale

    « C’est la clé d’identité pour entrer dans le système de protection sociale pour percevoir les prestations, la sécurité sociale maladie, la retraite, les allocations familiales, le RSA » explique Charles Prats. « On a alors attiré notre attention, sur le fait qu’il y avait un problème à la suite d’un décret de simplification qui autorisait l’usage de photocopies » dit-il.

    En 2010-2011, il déclare que lorsqu’il travaillait au ministère des Finances, une étude a été menée avec la police de l’air et des frontières, des spécialistes des faux documents et des gens de l’INSEE. « Nous nous sommes rendus compte que nous avions un taux de fraude supérieur à 10% sur 18 millions de numéros de sécurité sociale attribués. Donc, cela représente 1,8 million de numéros attribués sur la base de faux documents tels que de faux extraits d’acte de naissance » ajoute-t-il.

    Il pointe qu’une loi a alors été passée afin de palier aux risques liés à ces faux documents et à la nécessité de passer en revue les 18 millions de numéros de sécurité sociale attribués. « Mais le décret d’application n’a jamais été publié, et il y a eu l’alternance politique en 2012. Tout cela est tombé aux oubliettes. La sénatrice Nathalie Goulet, il y a 1 an et demi a interrogé le gouvernement sur cette question. Il lui a été répondu que 500 dossiers avaient été examinés sur 18 millions » raconte le magistrat.

    18 millions de dossiers à regarder au cas par cas

    « Est-ce que ces 1,8 million perçoivent des prestations ou pas, il faut regarder au cas par cas. Il y a des gens qui connaissant le système, ont pu se créer 20 identités différentes pour percevoir des prestations. On peut tout imaginer. Des réseaux très organisés où les gens se créent de multiples identités » conclut-il.

    Source : http://larevuedudigital.com

  • Les gilets jaunes revendiquent, aidez-nous !

     
    IAIUIXICIAIDIRIEISI
    LA LETTRE DE LIAISON DU PDF
     

    20 décembre 2018

     
       
     
       
    Soutenez la résistance nationale
    Faites un don au Parti de la France
     
     
     
    Depuis bientôt 10 ans le Parti de la France mène le combat politique de résistance nationale face à la colonisation migratoire et à l’islamisation de la France. 
    Nous portons avec une détermination sans faille les valeurs de la droite nationale, populaire et sociale ainsi que les valeurs de notre civilisation européenne et chrétienne. La défense de notre identité et de nos traditions ainsi que la protection du peuple français et la sauvegarde de notre nation sont au cœur de notre engagement.
    Les événements politiques et sociaux qui s’annoncent en 2019 seront rudes et la situation de notre pays est malheureusement plus dégradée et plus grave qu’il n’y paraît.
    Dans ce chaos en préparation, notre mission politique est de faire entendre avec force la voix de la droite nationale de conviction.
    Je suis convaincu que nos principes, nos valeurs et notre éthique sont la clé du redressement national au service du peuple et de la patrie.
     
    Mais pour pouvoir continuer ce combat, nous avons besoin de votre aide militante et financière.  Si vous ne pouvez pas vous engager personnellement, alors, aidez ceux qui s’engagent, aidez ceux qui mènent le combat nécessaire et vital de la résistance nationale et européenne. 
    Nous n’avons ni l’argent des banques, ni l’argent de l’Etat. Nous avons besoin de votre aide financière. Soutenez le Parti de la France.
     
    Carl Lang
       
     
    Les chèques de dons doivent être libellés à « Myriam Baeckeroot, mandataire financière du PdF » et adressés à Myriam Baeckeroot, 6 allée des Templiers 78860 Saint Nom La Bretèche
    En faisant un don avant la fin de l’année 2018, vous bénéficierez en 2019 d’un coupon de réduction fiscale de 66% sur la somme versée si vous êtes assujetti à l’impôt sur le revenu des personnes physiques.
     
           
     

    Réinfo, le magazine d'information

     

    @carllang2022

     

    @lepartidelafrancecompteofficiel

     
      Le journal télévisé du PdF
    présentée par Sylvie Collet
      Pour suivre Carl Lang,
    le Président du PDF, sur twitter
      Pour suivre le Parti de la France sur FaceBook  
         

  • Macron se fout des français !

    Le pacte de Marrakech formellement approuvé


    Une fois de plus la voix et l’opinion majoritaire des Français n'ont pas été prises en considération par Macron... le mépris, toujours le mépris...


     
    Une quinzaine de pays ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision concernant ce texte qui déchaîne les passions.

    Un vote contre vents et marées. Le pacte mondial sur les migrations de l'ONU a été formellement approuvé ce lundi matin à Marrakech. Ce texte non contraignant pour les Etats qui le ratifient vise à encourager une coopération renforcée dans le domaine migratoire.  

    LIRE AUSSI >> "Le Pacte sur la migration peut changer la donne" 

    Des représentants de plus de 150 pays se sont réunis ce lundi au Maroc, pour approuver le Pacte mondial sur les migrations piloté par l'ONU, un texte qui polarise les critiques des nationalistes et des anti-migrations. C'est par un simple coup de marteau que le texte destiné à renforcer la coopération internationale pour une "migration sûre, ordonnée et régulière" a été adopté, après proclamation orale.  

    Un sujet qui déchaîne les passions

    Sans vote ni signature, la conférence intergouvernementale de Marrakech devait être une simple étape formelle du processus, avant un ultime vote de ratification le 19 décembre à l'Assemblée générale de l'ONU. Mais le sujet déchaînant les passions, une quinzaine de pays ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision.  

    LIRE AUSSI >> Le Pacte de Marrakech, le texte qui déchaîne les rumeurs 

    "Il est étonnant qu'il y ait eu autant de désinformation à propos de ce que le Pacte est et de ce qu'il dit (...), il ne crée aucun droit de migrer, il ne place aucune obligation sur les Etats", a martelé Louise Arbour, la représentante spéciale de l'ONU pour les migrations, dimanche soir au cours d'une conférence de presse à Marrakech. 

    Retrouver cet article sur L'Express.fr

  • Préparons nous à la charia !

    Macron veut que l’UE sanctionne les pays réfractaires à l’invasion migratoire


    Emmanuel Macron n’a vraiment rien compris à la volonté profonde des peuples européens :


     

    Parlant d’une même voix, ils ont plaidé pour la mise en place de « centres fermés » sur les côtes européennes pour gérer les migrants qui débarquent de Méditerranée. Une proposition également appuyée par Berlin. Dans ces plateformes, les migrants attendraient l’examen de leur cas, essentiellement en Italie, pays principal d’arrivée actuellement, mais aussi en Espagne. Pour appliquer cette proposition, il faudrait que tous les pays européens acceptent d’accueillir les réfugiés qui obtiendraient le droit d’asile, quitte à les y contraindre.

    Emmanuel Macron a ainsi brandi la menace de sanctions (financières ou institutionnelles) envers ceux qui refuseraient de le faire, comme l’ont d’ores et déjà annoncé les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie), très hostiles aux migrants. « On ne peut avoir des pays qui bénéficient massivement de la solidarité de l’UE et qui revendiquent massivement leur égoïsme national quand il s’agit de sujets migratoires », a-t-il lancé.

     

    Source : lesalonbeige

  • Le FN lave plus blanc que blanc !

    Faits divers – Justice

    Financement des campagnes 2012 : la justice valide définitivement le renvoi du FN devant le tribunal

    mercredi 5 décembre 2018 à 17:28 Par Viviane Le Guen, France Bleu

    La cour de cassation a définitivement validé le renvoi devant le tribunal correctionnel du Front national (devenu RN) poursuivi dans l'affaire des kits de campagne aux législatives 2012 et des soupçons d'escroquerie aux frais de l'État a appris l'AFP ce mercredi.